Basket Portés par le duo Bogdanovic-Jokic, les Serbes écrasent tout sur leur passage.

Après s’être extasiés sur le duo Dragic-Doncic lors du championnat d’Europe, les amateurs de balle orange peuvent à présent se régaler avec la Serbie au Mondial, et plus précisément avec sa paire Jokic-Bogdanovic.

Il faut dire que depuis le début de cette Coupe du monde les joueurs de Sasha Djordjevic sont intraitables et impressionnent à chaque sortie. Après avoir planté 105 points à l’Angola et 126 sur la tête des Philippins (un record depuis les 130 pions de l’Espagne contre la Corée en 1990), les Serbes y sont allés avec 92 unités face à une belle équipe d’Italie qui n’a pu qu’admirer la force de frappe de l’un des grands favoris de la compétition.

Une équipe serbe qui réussit tout ce qu’elle entreprend et qui tourne à une moyenne assez hallucinante de 107 points par match avec un taux de réussite de 62 % aux tirs, dont un magnifique 53 % au périmètre. Des stats incroyables dans une compétition aussi relevée, qui s’expliquent par le coup de chaud de Bogdan Bogdanovic.

Depuis les premières secondes de cette Coupe du monde, l’ailier des Sacramento Kings est inarrêtable. Face à l’Italie, qui n’est quand même pas le premier venu avec des joueurs comme Datome, Bellineli et Gallinari, il y est allé de 31 unités (dont 6 x 3) en plus de 5 rebonds et de 5 interceptions. Il est d’ailleurs le premier joueur depuis 1994 à réaliser pareille performance en Coupe du monde !

Mais qui dit Serbie dit également Nikola Jokic. Impressionnant sous le maillot des Nuggets la saison dernière, le Jo ker continue de faire ce qu’il sait faire, à savoir tout ! Points, passes, rebonds…, ses coéquipiers se régalent à ses côtés, lui qui paraît lymphatique et lourd sur un terrain, mais qui est toujours le premier de l’autre côté du terrain.

Un duo qui peut compter sur des "role players" comme Raduljica, Bjelica ou encore Marjanovic. On l’a compris : à l’heure actuelle, la Serbie est le grand favori de cette Coupe du monde. Mais attention, car si la symphonie semble parfaite pour le moment, personne n’est à l’abri d’une fausse note ! Prudence.

Rubio et Scola se distinguent

 Si le basket est un sport collectif, certaines performances individuelles sont à signaler depuis le début de cette Coupe du monde. À 40 ans, l’Argentin Luis Scola, l’ancien pivot des Rockets en NBA, vient de grimper sur la deuxième marche du podium des meilleurs marqueurs de l’histoire du Mondial. Avec ses 611 points (son compteur peut encore grimper), il pointe tout de même encore loin du Brésilien Oscar Schmidt, leader incontesté et incontestable avec 906 unités… en 34 matchs.

De son côté, grâce à ses cinq passes décisives face à l’Iran, l’Espagnol Ricky Rubio (Phoenix Suns) pointe lui aussi à la deuxième place des meilleurs passeurs de l’histoire de la Coupe du monde (100), derrière l’Argentin Prigioni (106).

Plus que deux tickets à prendre

 Le premier tour de cette Coupe du monde touche à sa fin et on connaît déjà presque tous les qualifiés pour la seconde phase de poules. On retrouvera donc la Pologne, le Vénézuela, l’Argentine, la Russie, l’Espagne, Porto Rico, la Serbie, l’Italie, les États-Unis, le Brésil, la France, la République dominicaine, la Lituanie et l’Australie. Il ne reste plus que deux tickets à se partager et ils se joueront entre d’un côté, la Grèce et la Nouvelle-Zélande, et de l’autre côté, la Turquie et la République tchèque, qui s’affrontent ce jeudi. Les deux vainqueurs fileront au deuxième tour.

À noter tout de même l’élimination de la Chine, pays organisateur du tournoi, mais aussi, plus surprenant, de l’Allemagne, qui n’a donc pas réussi l’après Dirk Nowitzki.