Ca y est: l'effectif du Phoenix Brussels est enfin au complet. Attendu depuis de nombreuses semaines, le meneur américain Darius Washington est arrivé en Belgique et a déposé ses valises dans la capitale. L'occasion de faire plus ample connaissance avec ce véritable globe-trotter qui est notamment passé par la Chine, le Mexique, Porto Rico ou encore l'Italie et la Turquie. Par contre, la Belgique, il l'avoue volontiers: il ne connaissait pas. "Non, je ne connaissais pas du tout la Belgique. Le seul rapport que j'ai eu avec la Belgique, c'est quand j'ai affronté, par le passé, Ostende et Charleroi en coupe d'Europe."

S'il va découvrir un nouvel environnement, le choix de rejoindre le Brussels coulait de sources à ses yeux. "J'ai parlé avec le coach (Ian Hanavan) et j'ai directement adhéré à sa manière de voir les choses. La direction qu'il veut donner à l'équipe est exactement la même que j'avais en tête. La décision a été très facile à prendre pour moi et j'ai été séduit par le coach et l'organisation du club."

Battu en ouverture face à Anvers le week-end passé, le Phoenix Brussels va pouvoir compter sur son expérience, lui qui est passé par les Spurs de San Antonio en 2007 et qui a côtoyé Gregg Popovich et Tony Parker. "Sur le terrain, j'entends faire ce que le coach attend de moi. Si je dois marquer, je suis capable de le faire. S'il faut distribuer le jeu, je le ferai aussi. En fait, cela dépendra de la situation et des joueurs qui seront avec moi sur le parquet."

Quant à ses ambitions, il entend faire passer celles du club avant les siennes. "Je n'ai pas d'attente bien précise sur le plan personnel. Je suis ici pour faire gagner mon équipe et aller le plus loin possible. Mon objectif est le même que celui du club: gagner", conclut Darius Washington.

S'il est arrivé en Belgique il y a quelques jours, il ne sera cependant pas encore sur le parquet ce samedi pour affronter le Spirou de Charleroi. Il doit encore prendre un peu de temps pour s'acclimater à la Belgique et trouver sa place au sein du groupe. Il faudra donc attendre le 6 décembre prochain et la réception de Malines à Neder-over-Heembeek pour logiquement le voir en action sous ses nouvelles couleurs.