Un peu plus de trois jours après avoir regardé Ostende dans le blanc des yeux et envisagé de remporter la Coupe de Belgique, les Kangoeroes retrouvaient le Palais 12. Cette fois sans Thompson (doigt cassé) ni Kok (déchirure). Le Brussels était pour sa part privé de Moris et Robeyns, tous deux malades. Même s’il n’a jamais profité de son avantage de taille dans la raquette, le Brussels a surtout loupé l’occasion rêvée de dépasser Charleroi et Louvain au nombre de succès.

Via l’adresse à distance de Foerts (4x3) et les incursions de Washington, les Bruxellois se détachèrent à 36-25 (16e) et 58-46 (26e). Le duo Kherrazi - Deroover en première mi-temps et Loubry lors du troisième quart ramèneront les Malinois au contact (64-64 ; 30e). Variant les rotations et ne trouvant jamais de ce fait la bonne carburation, le Brussels perdra tous ses repères une fois les Kangoeroes aux commandes à 68-72 (34e). À l’image de Iljins se plaignant de l’arbitrage et oubliant de revenir en défense, de la transition ultra-rapide qui laissera impassibles les hommes de la capitale à 82-84 ou du marcher sifflé à Choll sur la dernière attaque locale, le Brussels ne méritait pas de l’emporter malgré un contexte largement favorable : 83-84.