Ce dimanche 21 mars, à l’occasion de la journée internationale contre la discrimination raciale, Duke Tshomba a décidé de marquer le coup. Ancien basketteur pro, CEO et co-fondateur de Duse Magazine et consultant basket pour la RTBF, il lance aujourd’hui, à 20 heures, une mini-série sur Youtube nommée 'Black Excellence'. Pour cela, il a organisé une table ronde en invitant plusieurs personnes faisant partie des minorités issues de la colonisation belge à s’asseoir et s’exprimer autour de celle-ci.


"À travers ce concept, nous souhaitons casser les stéréotypes. On se retrouve trop souvent confronté à une situation de double victimisation concernant les personnes noires. C’est-à-dire qu’on a tendance à dire que le noir joue la victime et joue la carte du racisme dès que les choses ne vont pas dans son sens. Autour de cette table ronde, j’ai réuni des personnes qui ont toutes assez bien réussi dans leur vie afin d’ôter ce sentiment de victimisation au moment de prendre la parole. Oui on a vécu des galères mais on en est sorti plus fort. C’est avant tout un partage d’expérience et d’énergie positive destiné à ouvrir un peu plus encore la réflexion autour de la problématique de la discrimination", nous explique Duke Tshomba.

Dans le premier épisode, l’un des invités autour de la table est Wen Mukubu, basketteur pro depuis plus de 10 ans, comptant 62 caps sous le maillots de l’équipe nationale belge et évoluant actuellement dans l’équipe de Limburg United. "À mes yeux, ce concept mis en place par Duke est avant tout une source d’inspiration mettant en avant des personnes noires connaissant la réussite au cours de leur carrière. On a pu échanger sur nos expériences et faire tomber certains stéréotypes. On manque encore chez nous de grandes figures de référence comme peut l’être un personnage comme Barack Obama au niveau mondial. En ce sens, ce genre de plate-forme d’expression est importante. Non pas pour se plaindre, mais juste pour se raconter. Même si le parcours n’a été facile pour personne autour de cette table."

Wen Mukubu : "Le racisme ordinaire reste bien présent sur le terrain et dans le vestiaire"

Encore aujourd’hui, malgré son statut, Wen Mukubu avoue devoir faire face à certains comportements et difficultés liés au racisme. "On en revient encore une fois à la notion de stéréotype. Les gens ont tendance à craindre ce qu’ils ne connaissent pas. Il faut pouvoir être ouvert et s’informer par rapport à l’histoire d’autres cultures sinon on n’est pas pris au sérieux. On est encore très loin d’être entendus. On ressent cela tous les jours à différents niveaux."

© Duse Magazine

Cela se reflète même encore dans le monde du basket professionnel. "Un simple exemple : un joueur blanc avec un bon tir à distance sera catalogué de pur ‘shooteur’ tandis que pour un joueur noir avec le même pourcentage, on dira juste qu’il sait shooter. À talent égal, ça restera plus facile pour un joueur blanc de faire carrière. Les joueurs noirs souffrent encore de plusieurs aprioris. Pour certains coachs, la première préoccupation face à un joueur noir sera de savoir si son caractère ne posera pas problème. Même chose pour quelques arbitres, un joueur noir sera plus vite vu comme quelqu’un d’agressif. Ce genre de racisme ordinaire reste bel et bien présent sur le terrain et dans le vestiaire."