Versée au sein d’un groupe relevé, avec plusieurs candidats aux quarts de finale au moins, l’équipe anversoise fait le dur apprentissage d’une compétition européenne très exigeante. La dernière défaite, et la plus lourde dans les chiffres, encaissée mercredi sur le parquet de Monaco (96-64) a confirmé les carences déjà aperçues lors des deux premières sorties de la formation belge. Les Giants éprouvent beaucoup de mal à rivaliser durant 40 minutes et connaissent systématiquement une énorme baisse de régime en deuxième mi-temps. Durant les 20 dernières minutes de ses matchs, Anvers encaisse en moyenne un écart défavorable de 22 points et n’a jamais marqué plus de 27 points après la pause.

"Face à de telles équipes, si vous n’êtes pas présents physiquement des deux côtés du terrain, vous n’avez aucune chance de gagner", a déclaré Christophe Beghin, le coach des Giants, après le match sur le Rocher monégasque. "J’ai dit aux joueurs à la mi-temps que nous devions être beaucoup plus durs, notamment sur le plan défensif. Mais les problèmes se sont répétés à la sortie des vestiaires. C’est un peu le résumé de notre début de saison européenne. Nous ne sommes pas encore prêts physiquement pour ce niveau, et mon équipe manque d’énergie pour terminer les matchs."

Une faiblesse qu'il faudra donc corriger autant que possible en vue du match face à Lietkabelis, l'autre équipe du groupe C avec trois défaites au compteur, mercredi en Lituanie.