Au lendemain de la qualification des Belgian Cats pour l’Euro et alors qu’elle s’apprête à repartir vers son club d’Ekaterinburg dans le championnat russe, Emma Meesseman, contrainte au forfait la semaine écoulée en raison d’un test positif au Covid, a une nouvelle fois accepté de partager avec nous ses impressions quant aux résultats forgés à Odivelas et aux perspectives futures.

« Tout d’abord, hier on a vu un très beau match des filles. Elles ont vraiment bien joué ensemble. Je voyais bien que l’atmosphère était vraiment bonne. Ca c’est notre ADN, notre véritable identité en tant que groupe. »

A la question de savoir comment elle a vécu cette semaine particulière à distance, Emma Meesseman se montre très positive : « Bien sûr, j’aurais voulu être là avec mon équipe pour les aider, mais en même temps je suis très contente d’avoir pu voir jouer les Cats comme ça. Ce n’est pas toujours évident d’intégrer des nouvelles joueuses dans un groupe qui a déjà beaucoup de talent. Normalement on n’a que quatre vrais matches à enjeu pendant la saison (habituellement deux en février et deux en novembre pour des qualifications) et d’habitude, juste une compétition (Euro, Mondial ou J.O.) avec quelques semaines de préparation ensemble »

«Ici Billie et Becky (Massey) ainsi que Serena Lynn (Geldof) ont montré qu’elles sont bien présentes pour nous, que ce soit pour le futur mais même déjà maintenant. J’ose dire que les Belgian Cats auront encore beaucoup de compétitions à jouer avec les jeunes qui arrivent maintenant. Je pense également que cela va retirer un peu de pression à tout le monde de savoir désormais qu’il existe des options alternatives quand on a des blessures ou des maladies. Et ça, c’est un vrai plus pour les Cats dans les années qui viennent »