Le CSKA Moscou, emmené par son MVP français Nando De Colo, a maîtrisé Kuban Krasnodar (88-81), vendredi à Berlin, pour retrouver la finale de l'Euroligue messieurs où il affrontera Fenerbahçe, tombeur de Vitoria en prolongation (88-77).

Le géant moscovite et le champion stambouliote se retrouvent opposés en finale, un an après avoir disputé le match pour la 3e place remporté par le club russe.

Le CSKA a décroché le premier billet au terme d'une partie menée de bout en bout, repoussant les assauts valeureux d'un adversaire novice à ce stade de la compétition.

Après trois échecs consécutifs, "l'Armée Rouge" peut à nouveau viser un titre glané six fois mais qui lui échappe depuis 2008.

"Je suis très satisfait de la manière dont on a défendu, même si tout ne fut pas parfait", a commenté le coach Dimitris Itoudis, clairement soulagé.

De Colo a ouvert la marque et inscrit les deux derniers points sur lancer-francs d'un match dont il fut le meilleur marqueur (30 pts), à la hauteur du MVP de la saison régulière qu'il est.

Le 9-0 infligé par le CSKA en début de match a posé la base d'une victoire que Krasnodar, l'invité-surprise, a toutefois contesté jusqu'au bout.

Les Moscovites ont compté jusqu'à 16 points d'avance (47-31) en fin de première période, puis encore 15 pts (82-67) mais l'adversaire est toujours revenu grâce à ses gâchettes "US" Delaney (26 pts) et Draper (17) et ses rebonds offensifs.

Première finale pour Fenerbahçe

Si Moscou a lâché du lest sur la fin (84-79), De Colo et le Serbe Teodosic ont su répondre pour éviter une deuxième mauvaise surprise après l'échec l'an dernier contre l'Olympiakos (70-68).

"Le plus important est que nous sommes restés unis, qu'on n'a jamais lâché même dans les moments difficiles", a commenté De Colo, qui a pleinement justifié le titre MVP de la saison régulière décerné la veille dans la capitale allemande.

En soirée, Fenerbahçe a souffert mille maux pour se défaire d'un rival espagnol pugnace et devenir le premier club turc à atteindre la finale du trophée européen le plus convoité par les clubs.

Parfaitement mis sur orbite après le premier quart-temps (23-15), l'équipe stambouliote faisait preuve de maladresse pour voir son avance fondre à une unité à la mi-temps (41-40).

Sous l'impulsion du vétéran grec Bourousis (32 ans/22 pts), le rival basque prenait les commandes après le troisième quart et menait même 70-65 à 2 min 17 de la fin sur deux lancer-francs de Tillie.

Mais Datome, qui retrouvait l'adresse depuis l'arc, et Sloukas envoyaient le match en prolongation où Bogdanovic, avec 7 points, installait le "Fener" dans le fauteuil de finaliste.

Fenerbahçe devra effectuer les réglages nécessaires pour retrouver le jeu qui lui a permis de sortir le Real Madrid, tenant du titre, s'il veut stopper dimanche le rouleau compresseur moscovite.