Basket

Les Carolos n’ont rien montré, ce lundi soir, face à une équipe d’Alost soudée et valeureuse.

Quelle différence ! Comment une équipe peut-elle être aussi séduisante et impressionnante et, deux jours plus tard, être en dessous de tout face à la même formation ? C’est certainement la question que doit encore se poser Niksa Bavcevic après la piètre prestation de ses joueurs face à de valeureux alostois qui ont mérité leur victoire sans l’ombre d’un doute (73-74).

Avec seulement neuf joueurs sur la carte, dont Dierickx et le jeune Van Impe, les Okapis ont livré une prestation courageuse alors qu’en face, mis à part quelques exceptions comme Libert et Hammonds, le Spirou a peut-être pensé qu’il suffisait de paraître pour l’emporter. Mais en sport, la vérité d’un jour (et la victoire de 40 points de samedi) n’est pas celle du lendemain et les Carolos l’ont appris à leurs dépens, à l’image de leurs 18 pertes de balle.

Pendant quarante minutes, les Carolos n’ont rien montré et Zach Thomas, invisible samedi, a démontré qu’il n’était pas l’un des meilleurs joueurs du championnat par hasard, lui qui termine la rencontre avec 24 unités au compteur. Quant au match en lui-même, Alost l’a dominé de bout en bout et, si les Carolos ont cru au hold-up à 73-71, l’ancien carolo, Tito Casero (très bon avec 19 points) mettait un point final, du périmètre, au succès alostois à quelques secondes du buzzer !