Basket

Des "Splash Brothers" en verve, des remplaçants précieux et surtout un 3e quart-temps monumental: Golden State a retrouvé son basket pour renverser Toronto (109-104) et égaliser à une victoire partout dans la finale 2019, dimanche.

Les Raptors les avaient pris à leur propre jeu jeudi en ouverture de la finale et les avaient dominés (118-109) avec leur vitesse d'exécution et leur défense étouffante.

Stephen Curry et ses coéquipiers ont réagi avec la manière lors du match N.2.

"On a exploité au mieux nos points forts, c'est l'ADN de cette équipe qui a parlé", s'est réjoui le meneur des double champions NBA en titre.

La rencontre, suivie en tribunes par l'ancien président américain Barack Obama, n'a pas été une promenade de santé pour les Warriors qui ont compté jusqu'à douze points de retard en 2e période et qui n'ont marqué qu'un seul panier dans les six dernières minutes.

Mais ils ont assuré l'essentiel en s'imposant à Toronto, avant les deux prochains matches qui auront lieu, mercredi et vendredi, dans leur salle, l'Oracle Arena.

Golden State a encore été malmené par les Raptors, mais les Warriors ont cette fois trouvé la réponse.

Sous l'impulsion de Kawhi Leonard (34 pts) et de Fred VanVleet (17 pts), Toronto a d'abord dominé les débats et a pris le large en 2e période (47-35).


"Pas mal de réussite" 

Mais Curry qui, de son propre aveu, ne se sentait pas "dans son assiette" en première période et souffrait de déshydratation, selon son entraîneur, a fini par se réveiller avec 12 points en 2e période pour un total de 23.

Avec son coéquipier Klay Thompson (25 pts), avec qui il forme un prolifique duo surnommé les "Splash Brothers", il a ramené son équipe à cinq longueurs juste avant la pause (59-54).

"On a eu pas mal de réussite: on n'aurait pas du rejoindre les vestiaires avec seulement cinq points de retard, ils nous ont dominé", a reconnu Steve Kerr.

"Mais après la pause, on a joué enfin comme on sait jouer avec de l'intensité en défense, de la rapidité d'exécution et l'apport précieux de notre banc", s'est réjoui le coach des Warriors.

Au retour des vestiaires, Golden State a en effet submergé Toronto, soudain complétement dépassé par les événement, avec un cinglant 18-0!

Pendant que Toronto ratait systématiquement la cible et multipliait les pertes de ballon, les Warriors ont pris le large et ont compté jusqu'à 13 points d'avance (78-65) dans le 3e quart-temps où ils font souvent, depuis 2014, beaucoup de dégâts.

Avec deux paniers à trois points consécutifs, juste sous les yeux du rappeur Drake, supporter N.1 des Raptors, le remplaçant Quinn Cook a particulièrement fait mal aux Raptors.

"L'un de nos credos, c'est la +force par le nombre+, chacun a apporté sa contribution", a apprécié Kerr, dont le banc a marqué 25 points.


Thompson sort sur blessure 

La sortie de Klay Thompson, touché à un adducteur, a désorganisé son équipe qui avait perdu plus tôt le pivot-remplaçant Kevon Looney, blessé à une épaule.

Les Raptors sont revenus à sept longueurs (98-91) et Golden State a manqué cruellement de réussite, mais Toronto n'en a pas profité, gêné notamment par la défense de DeMarcus Cousins (11 pts, 10 rbds).

Un panier à trois points d'Andre Iguodala, à quinze secondes de la sirène, a eu raison des Raptors et a réduit au silence leurs supporters.

"Ca n'a pas été forcément une belle victoire, surtout en fin de match, mais on s'est tous battus pour remporter ce succès très important avant de rentrer chez nous", a insisté Curry.

Pour la 23e série de play-offs consécutive, Golden State a décroché une victoire à l'extérieur, mais Nick Nurse, l'entraîneur de Toronto, garde confiance.

"Il faut qu'à notre tour, on s'impose dans leur salle et on en est tout à fait capables", a-t-il assuré.

Même si la blessure de Thompson n'est a priori pas grave, les Warriors attendent avec impatience le retour de Kevin Durant, absent depuis trois semaines.

Avec son meilleur marqueur qui pourrait être disponible dès le prochain match, Golden State peut se rapprocher à domicile d'un troisième titre consécutif.