C'est aujourd'hui que l'Europe va découvrir un concept dans le vent

BRUXELLES Il y a quelques années, un spot publicitaire de l'équipementier américain mettait en scène l'une des plus grandes stars du football européen, Edgar Davids. Dans cet écran promotionnel, le pitbull des Pays-Bas effectuait une série d'acrobaties avec son ballon, qui étaient autant de gestes techniques difficilement réalisables sur un terrain de foot.
Cette fois, et depuis quelques mois aux Etats-Unis, c'est une nouvelle conception du basket-ball qui est offerte (lire ci-dessus). A priori, le freestyle basket-ball n'aurait pas dû traverser l'Atlantique et arriver en Europe. Mais voilà, la nouvelle pub de Nike n'a laissé personne indifférent.
Diffusée, et rapidement adoptée au pays de l' Oncle Sam, le spot s'est rapidement retrouvé sur internet. Et la toile n'ayant pas de frontières, de nombreux fans de basket US, et de beaux gestes, ont téléchargé l'écran publicitaire. Des cours de récréation aux terrains d'entraînement, la vague s'est répandue.
A la fois sujet de discussion, et modèle de gestes techniques que l'on voudrait imiter, la question était de savoir quand allait-on pouvoir se délecter du freestyle des stars NBA sur nos écrans? Face au succès, l'équipementier a décidé de suivre la logique des choses, et de développer, à partir d'aujourd'hui, le concept du style libre chez nous.
Dans la lucarne, Rasheed Wallace (Portland Trailblazers) et Kevin Garnett (Minnesota Timberwolves) débarquent dans un hangar vide et sombre. Ils entament une série de dribbles et donnent le rythme. Le ballon orange rebondit, le ton est donné. La musique vient se lier aux mouvements des athlètes. Voilà que Darius Miles (L.A. Clippers) reconnaissable au bandeau qui orne son front et Vince Carter (Toronto Raptors) s'invitent à la fête. Et c'est au tour de Jason Williams (néo-Memphis Grizzlies), avec un ou deux ballons, d'étaler la panoplie du parfait dribbleur-passeur. La musique se fait de plus en plus entraînante. Un gars se retrouve à tournoyer sur la tête. Mélange de hip hop et de showtime. Une dernière passe lobée pour un parfait alley-oop, et tout le monde rentre chez soi, sans un mot, laissant les spectateurs ébahis, et les jeunes basketteurs remplis d'une seule envie, celle de reproduire ce qu'ils viennent de voir.
Bien sûr, on marche avec le ballon, et c'est vrai qu'il est interdit de le cacher dans son maillot au cours d'un match. Mais c'est justement ça l'esprit du freestyle. Il ne s'agit pas purement de basket de compétition, mais bien d'un savant mélange de streetball et de breakdance. Pour cette pub, Nike a mis toutes les chances de son côté. Des stars NBA qui figurent parmi les plus appréciées du moment, et une musique en parfaite adéquation avec le style des joueurs et de leurs mouvements. Il eut été réellement dommage pour les Européens de passer à côté de ça...