La superstar grecque, MVP en 2019 et en 2020, a manqué les deux derniers matches de la finale de la conférence Est contre les Atlanta Hawks après une hyper-extension du genou gauche subie lors du match N.4 de la série.

Auteur d'une nouvelle saison exceptionnelle, avec 28,2 points, 12,7 rebonds et 5,2 passes décisives de moyenne, sa perte est un immense contrecoup pour les Bucks, qui ont malgré tout réussi à remporter la finale de Conférence sans leur meilleur atout, se qualifiant pour la finale.

"C'est vraiment comme si chaque homme devait prendre une petite partie de sa charge, a observé Budenholzer. On va peut-être devoir recommencer ça pour le match 1 (de la finale), jusqu'à ce que Giannis revienne."

"Quand Giannis est là, souvent on peut juste lui donner la balle et le laisser orchestrer le jeu", raconte le marqueur Khris Middleton. Sans lui, "il faut jouer un peu plus vite avec une touche un peu différente", explique-t-il.

Combler son absence a été "un effort collectif", qui passe par "défendre en équipe et être comme un gang au rebond", décrit l'arrière Pat Connaughton. "Mais vous ne pouvez pas remplacer quelqu'un du calibre de Giannis", affirme-t-il.

Les Bucks continuent d'être agressifs, mais en utilisant davantage leurs autres atouts, notamment Khris Middleton, remarque l'entraîneur des Suns, Monty Williams. "La pression qu'ils mettent sur le panier est constante, même sans Giannis", analyse-t-il.

"Avoir un joueur comme ça qui joue ou non, ça change les choses. Mais quoi qu'il en soit, ils ont des gars qui peuvent vraiment jouer", observe de son côté l'ailier de Phoenix, Cameron Johnson.

"Ce que nous devons faire, c'est leur montrer que l'on est là, être physique, et les attaquer", met-il en garde.