Les joueuses ont connu des saisons bien différentes parfois en raison de la crise sanitaire du coronavirus et de l'issue des championnats. Certaines sont arrêtées depuis plus de deux mois, mais Julie Allemand et Kim Mestdagh ont été jusqu'en finale de leur championnat, respectivement en France et en Italie, il y a moins de quinze jours. Ce duo, avec Emma Meesseman bien entendu, championne de Russie et victorieuse de l'Euroligue avec son club d'Ekaterinbourg, compose la force de frappe principale des Belgian Cats.

La Belgique est attendue à l'Euro d'abord et la pression sera bien présente sur les Belgian Cats, mais pour Julie Allemand, "il ne faut pas faire attention à la pression. Nous ne sommes plus les 'underdogs', on va nous attendre de toute façon", a confié la meneuse liégeoise jeudi depuis Courtrai lors d'un point presse en ligne. "La pression, il y en aura tout le temps de toute façon. Pour moi aussi, tous les jours, que ce soit en WNBA, en équipe nationale ou dans le championnat de France. Il ne faut pas avoir peur de la pression, il faut vivre avec elle. Le break de dix jours m'a fait vraiment du bien pour couper du basket après une saison qui a vraiment été très longue avec l'enchaînement WNBA et championnat de France. Cette coupure a vraiment été nécessaire car l'été va être très long aussi. À commencer par l'Euro. Notre attention est là-dessus. On a la possibilité d'aller chercher une médaille. C'est une préparation aussi pour les JO, mais c'est surtout un endroit pour s'illustrer. Ce n'est peut-être pas évident, mais en même temps, c'est facile de séparer les deux événements."

Kim Mestdagh a joué aussi les prolongations avec son club de Schio, battu au bout de 5 manches en finale du championnat italien. "J'ai eu une semaine pour me reposer, même si ce n'était pas la plus reposante, mais d'un autre côté, je reste toujours positive. Je me dis que je suis en pleine condition et que je n'ai pas besoin d'un laps de temps trop important pour me remettre dans le bain. Au précédent championnat d'Europe, nous n'étions plus les outsiders et le groupe était plus dur dès le départ, ce fut plus difficile. À nous de prester sous la pression, nous en avons déjà parlé entre nous".

La Belgique jouera vendredi contre la Serbie (17h05), samedi contre Porto Rico (20h00) et dimanche contre le Nigéria (14h00) au Lange Munte de Courtrai, des rencontres interdites au public mais qui seront diffusées par la RTBF et Sporza. Les Portoricaines, victorieuses de leur championnat d'Amérique centrale, figurent dans le groupe de la Belgique à Tokyo, avec l'Australie et la Chine du 26 juillet au 8 août et préparent leur FIBA America (l'équivalent du championnat d'Europe) qu'elles organisent à San Juan du 11 au 19 juin.

Après le tournoi de Courtrai ce week-end, les Belgian Cats rejoindront Cordoue en Espagne pour deux autres rencontres, face au Nigeria encore le 4 juin (20h30) et face à l'Espagne, championne d'Europe en titre, le 5 juin (18h45), avec 14 joueuses. Le noyau sera de nouveau à 16 ensuite, au retour en Belgique pour jouer deux rencontres de préparation face à la Grèce les 10 (20h00) et 12 juin (16h00), toujours à Courtrai. Le coach Philip Mestdagh a précisé qu'au retour d'Espagne, le nom des douze pour l'Euro sera défini (en gardant 4 joueuses en réserve avec le groupe).