Basket

Entamé par une défaite face à la France (52-43), l'Euro belge des U18 s'est terminé par une victoire magistrale face à la Serbie en finale de l'Euro (Division A) disputé à Sopron (Hongrie).

Comme souvent dans le parcours belge, le succès a été étriqué et surtout obtenu en défense. Comme face à la Hongrie, en quarts de finale, les Belges ont largement mené et se sont fait remonté frôlant la correctionnelle.

Pendant 22 minutes, les U18 belges ont produit un basket de rêve pour mener 18-37 (22e). Misant sur la réussite à distance de Vervaet (4x3 sans rater) et sur le travail de titan de Billie Massey (élue MVP du championnat), les Cats d'Arvid Diels avaient surtout découragé les attaquantes serbes avec un rideau défensif intense et énergique. Les Serbes avaient inscrit trois petits points au Q2 (mi-temps 16-33), elles allaient relever la tête et renverser la vapeur en un peu plus de dix minutes.

Encore en tête aux trois quarts (36-41), les Cats avaient perdu leur adresse et subissaient à leur tour une pression d'enfer. Passant en tête à 48-47 (36e), les Serbes comptaient même trois unités d'avance à moins de deux minutes du terme. Heureusement, les filles du tandem Diels – Muyalert obtenaient des lancers qu'elles convertissaient. Bastin renversait la vapeur et donnait aux Cats la médaille d'or.

Belgique : 14/51 (6x3), 21/25 LF, 40 reb., 13 ass., 15 ftes. HAMBURSIN 3-, Descamps -, Leblon (-), Bastin 0-7, Lukusa -, VERVAET 14-2, Saucin -, MASSEY Be. 4-2, MASSEY Bi. 8-7, Heemels (-), DEVOS 4-4, Dossou (-).

Quarts : 13-11, 3-22, 20-8, 17-14.

Réaction de Patrick Muylaert, assistant-coach, U18

«Ce qui arrive n'est pas le fruit du hasard. On a fait une grosse préparation, 11 matchs de haut niveau qui s'est terminée par trois défaites. On s'est dit qu'on pourrait peut-être jouer pour le podium. Pour entamer l'Euro, la France nous bat également. Depuis qu'on s'est réuni, on a toujours su qu'on pouvait coincer offensivement mais qu'on devait être irréprochables en défense. Il y a une seule rencontre dans cet Euro où on encaisse plus de 55 unités, c'est un signe de notre intransigeance. Sur ce match face à la Serbie, on s'est fait très peur mais c'est notre défense qui les empêche de scorer dans les deux dernières minutes qui fait à nouveau la différence. La manière n'y était peut-être pas mais seule nos intentions et notre volonté comptaient. »