Charleroi - LiègeVE. 20h30 L’heure de la revanche a-t-elle sonné pour les Carolos face aux Principautaires ?

C’était il y a un peu plus de quatre mois… à peine. Au Spiroudome également face à Liège pour le match d’ouverture de cette saison naissante. Ponctué au final d’un coup de tonnerre, d’une vraie gifle tant dans les chiffres (68-91) que dans la manière pour les Carolos et leur tout nouveau coaching staff.

Et pourtant, on dirait un siècle tant tout cela apparaît loin, comme déconnecté des réalités d’aujourd’hui et d’un classement bien cruel désormais pour ces Rouches qui occupent toujours une place à part dans le cœur de Fulvio Bastianini.

Ce vendredi, c’est probablement sans John Fields, en proie à des soucis de ménisque depuis une dizaine de jours, que Betfirst Liège reviendra sur le terrain de ses exploits. Sur la pointe des pieds se risquerait-on presqu’à affirmer. Car la disproportion apparaît telle désormais qu’inévitablement les faveurs du pronostic sont loin d’être favorables aux Liégeois. Des Mosans qui, à force de ne rien montrer et de galvauder face à des adversaires en principe à leur portée, arborent désormais sans gloire la fameuse lanterne rouge.

Tout le contraire au final de ces Spirou qui semblent enfin démarrer leur saison. Est-ce l’arrivée de Radenovic qui, sans fioritures, apporte désormais plus d’équilibre dans leur effectif ? Est-ce le lien ainsi recréé entre Niels Marnegrave (12 assists mercredi face à Nanterre) et un big man à la mode Katic ? Est-ce la montée en puissance de Sheperd et de Richardson bien sûr mais aussi d’un Adam Kemp qui met enfin le nez à la fenêtre ? Bien malin qui pourrait le dire mais les Spirou, à force de travail, respirent désormais une sérénité impressionnante. Et une soif de revanche qu’ils entendent bien assouvir ce vendredi face aux Liégeois. De là à viser le carton ?

Certainement pas dans la tête de Fulvio Bastianini qui reste fort prudent : "Pour Liège, c’est vraiment le bon moment pour nous jouer. Coincé entre deux manches européennes, cela a tout du match piège pour nous. Pour nos Américains surtout, il ne faudra pas avoir la tête ailleurs, Il s’agira d’aborder la partie avec beaucoup de concentration, de ne pas se reposer uniquement sur nos qualités offensives comme nous avons pu le faire, peut-être, ce mercredi en première période. Sinon on risque de désagréables surprises."

Denis Esser