Si la NBA n'a pas encore repris ses droits, le Spirou de Charleroi, lui, évolue à un rythme effréné. Quatre matchs en sept jours! Pas facile d'enchaîner mais pourtant, les Carolos semblent avoir de bonnes ressources cette saison. Malgré ses deux défaites inaugurales, Sam Rotsaert n'a pas changé sa manière de travailler avec une identité claire basée sur la défense. "Je reste persuadé qu'en attaque, ça va venir mais d'abord, il faut penser à la défense", souriait-il vendredi soir après le succès des Carolos sur le parquet limbourgeois.

Une fois encore, Charleroi a limité son adversaire à moins de 70 points avec une énorme intensité défensive incarnée par Noé Botuli. "Il a encore une fois montré ses qualités défensives. Comme il l'a fait à Alost contre Valinskas, il a mis beaucoup d'intensité sur le meneur limbourgeois (Jahii Carson) qui est très rapide. Je lui demande toujours de s'occuper du meilleur ailier adverse et il prend son rôle à coeur. Je suis très fier de lui." Mais la défense, à Charleroi, c'est l'affaire de tous. "Chacun se bat pour venir en aide aux autres."

Et c'est ce groupe soudé qui a su se sortir du piège limbourgeois vendredi soir. En première mi-temps, les Carolos ont appliqué le même schéma qu'à Alost: enfoncer dans la raquette avec des paniers faciles. Tactique payante même si Jahii Carson se montrait insaisissable et que Jonas Delalieux faisait parler sa dextérité au périmètre pour mettre les deux équipes à égalité (38-38 à la pause).

Au retour des vestiaires, les Carolos ont prouvé qu'ils savaient aussi shooter. Sergio Llorente plantait deux bombes pour faire passer l'écart à 10 unités (49-59) et plier la rencontre même si Limburg United jetait ses dernières forces dans la bataille (67-72). "Ce qui a fait la différence à mes yeux, c'est notre défense au début du 4e quart-temps. Pour moi, c'est la clé du match, souligne Sam Rotsaert. On a aussi réussi à limiter leurs rebonds offensifs et l'équipe a fait un super boulot."

De son côté, pour sa grande première en tant que T1, Raymond Westphalen aurait certainement aimé une autre fin. "On a vu de bons moments, avec de l'énergie mais il faut être plus constant, note-t-il. Maintenant, il faut avouer que Charleroi a été très bon en défense. Pour nous, ce n'est pas possible de faire le switch aussi rapidement et c'est un long travail qui nous attend."

Côté carolo, on va enfin pouvoir un peu souffler avec le sentiment du devoir accompli car mis à part l'accroc à Malines, les hommes de Sam Rotsaert réalisent le début de saison attendu, celui qui pourrait leur permettre de décrocher cette place dans le Top 5. A confirmer dans les semaines qui viennent.

Fiche technique

Limburg United 67
Spirou Charleroi 72

Limburg United : 21 sur 64 (8x3); 17 lf sur 23; 42 rbs; 14 ass; 21 fp.
FLETCHER 3-0, CARSON 4-6, Littleson 3-3, NELSON 6-8, Lambot 1-6, DELALIEUX 12-3, Carene (-), DEDROOG 0-0, Dammen 0-0, Desiron 6-0, Hammonds 3-3, Bojovic -0.

Charleroi: 26 sur 59 (8x3) ; 12 lf sur 16 ; 40 rbs ; 14 ass ; 19 fp.
Fogang 4-0, LLORENTE 0-9, Libert 6-4, LAMBRECHT 2-6, BOTULI 5-5, Noterman 4-2, Makwa (-), V. Samardzic 4-0, KESTELOOT 5-6, KOK 3-2, Kuta 5-0.

Arbitres : MM. Geller, Delange et Martin

Quarts : 20-23/18-15/10-14/19-20