Pour la troisième fois en deux semaines, les douze clubs de TDW1 se réunissaient vendredi soir au sujet d’une reprise en décembre de la compétition. Les dames sont à l’arrêt depuis le 11 octobre. Le statut des formations influence leur vision de l’avenir. Les clubs pros (Castors, Namur, Kangoeroes) ou compétiteurs (SKW, Boom) souhaiteraient une reprise en décembre. Namur et Kangoeroes sont censés entamer les qualifications les 9 et 10 décembre pour l’EuroCup ; une compétition qui démarrera en janvier 2021 pour Castors, SKW et Boom, déjà qualifiés. "Les clubs sont partagés entre ceux qui ont des compétitions européennes dans le viseur et ceux qui veulent jouer mais quand les conditions sanitaires le permettront complètement", nous explique l’un des acteurs du dossier.

C’est le testing hebdomadaire à mettre en place (Lequel ? Avec quel coût ? Et quelle logistique à mettre en place ?) qui pose le plus d’interrogations. Charleroi souhaite un retour à la compétition mais pas à n’importe quelle condition : "Nous aimerions reprendre la compétition bien évidemment mais notre priorité est la santé et le bien-être de tous", observe Vincent Penant, manager des Spirou Ladies. "Mieux vaut marquer un arrêt et reprendre de manière définitive dès que les conditions seront réunies et réalisables. L’idéal pour nous […] serait de changer l’organisation du championnat, notamment en assurant aux clubs qu’il n’y aurait pas de descendant. Cela tirerait de la pression sur bon nombre de clubs qui pourraient donner plus de temps de jeu aux jeunes Belges."

Surfant sur la trêve internationale qui arrive bientôt pour les Cats (deux matchs au Portugal les 12 et 14 novembre), Namur et Braine ont mis leurs pros au chômage économique. Certaines étrangères (Range à Namur, Brcaninovic, de Souza et Sterling à Braine) sont rentrées chez elles. À l’instar de leurs compatriotes présélectionnées, les Belges de Castors et Namur (Carpreaux, Lisowa, Ramette et Mestdagh) n’ont plus disputé de compétition depuis trois semaines et devront retrouver leur influx pour la bulle internationale.