Les sanctions sportives adressées à la Russie, et l’insécurité qui règne sur place en raison du conflit armé mené en Ukraine, ont provoqué un exode massif des joueurs et joueuses étrangers évoluant au sein des clubs russes. Pour rappel, la Fiba (Fédération internationale de basket-ball) a décidé de suspendre les équipes nationales et les clubs russes de toutes ses compétitions internationales jusqu’à nouvel ordre. Si le championnat domestique russe n’a pas (encore) été interrompu, de nombreux clubs ont libéré leurs ressortissants étrangers.

Parmi les quatre Belgian Cats présentes en Russie cette saison, Julie Vanloo a été la première a confirmé son retour imminent en Belgique via un message sur son compte Instagram mercredi. L’Ostendaise de 29 ans a joué son dernier match avec Krasnoyark le même jour face à Ekaterinburg (défaite 79-93 malgré 14 points et 12 assists de la meneuse belge). Emma Meesseman, la star belge d’Ekaterinburg, n’était, elle, même pas de la partie. L’Yproise de 28 ans était déjà en partance vers Istanbul où elle passera la nuit avant de poursuivre son voyage jusqu’en Belgique ce jeudi.

Dans l’incapacité de défendre son titre européen en EuroLigue à la suite de l’exclusion de son club, qui devait disputer les quarts de finale la semaine prochaine, Emma Meesseman a été libérée. Elle devra attendre le début de la saison WNBA aux États-Unis, au mois de mai, pour faire son retour en compétition sous les couleurs de Chicago Sky.

Concernant Hind Ben Abdelkader (Syktyvkar) et Kyara Linskens (Orenburg), les deux autres Belges du championnat russe, leur retour en Belgique n’est pas encore à l’ordre du jour.