Brandon Ubel, le Bruxellois en forme, est de retour à Anvers.

Toutes compétitions confondues, Anvers a subi, cette semaine, sa première défaite des oeuvres de Nanterre en Fiba Europe Cup. Le Brussels a, pour sa part, enregistré un troisième revers d’affilée dans la même Coupe face au Benfica. Ce sont deux formations avides de revanche qui disputeront le choc de ce vendredi soir. Choc parce que les équipes de Moors (6/6) et Crevecoeur (4/5) n’ont pas loupé leurs débuts en EuroMillions Basket League.

Ancien de la maison anversoise lors de la saison 2014-2015, Brandon Ubel n’est pas spécialement nerveux avant cette joute. "On s’attend à un match délicat. On sait que ce sera dur car Anvers réussit tout actuellement. Leur recrutement a ciblé juste avec des Américains jeunes et rapides. Il y a du talent à chaque poste et beaucoup d’intensité…" prévient celui qui connaît encore dans les rangs adverses le coach Moors ainsi que les jeunes Marchant et Kanda Kanyinda.

Brandon Ubel , le plus régulier des Bruxellois cette saison (22,6 minutes, 14 points, 5,4 rebonds et 1,6 assist) avec Dowe, est conscient que son équipe doit apprendre à digérer la succession d’efforts. "Je ne sais pas si c’est de la fatigue ou une baisse de la concentration, mais nous connaissons régulièrement des séquences de quatre-cinq minutes au cours d’un match où nous sommes dans le flou. Si on élimine ce défaut en équipe, le Brussels sera dangereux. Même à Anvers…"

À voir le double-mètre du Kansas ne plus jamais hésiter quand il s’empare du cuir, on a l’impression que le jeune Américain du Brussels a passé un cap pour sa quatrième saison en Belgique. "Nous avons une formation qui place le collectif au-dessus de toutes les valeurs. Regardez le nombre de passes décisives réalisées par le Brussels ! Je fais de bons matchs parce que j’ai la confiance du coach et celle de mes équipiers. La balle voyage et est envoyée chez celui qui est le mieux placé. Il n’y a pas de secret…" conclut Brandon Ubel.