Basket

Si tous leurs adversaires louent le travail du staff liégeois dans des circonstances difficiles (et Brian Lynch ne fut pas le moins laudateur en dépit du résultat 93-57), le constat n’en reste pas moins implacable pour Sacha Massot et ses hommes : sans étranger et avec 5 joueurs de régionale censés à l’origine ne faire que l’appoint, il n’y a strictement rien à espérer face des équipes de D1 à part entière sinon prendre des cartons.

Plus grave sans doute dans cette situation qui se répète match après match : La volonté fait vite place à la résignation dès que l’adversaire creuse un petit trou. Un indice qu’à force de prendre des baffes, le moral des Principautaires, les jeunes Belges tout du moins, se lézarde peu à peu.

Il s’agit donc de rebondir rapidement dès que la procédure de redressement judiciaire rentrera dans sa phase de conclusion, ce qui devrait intervenir dès cette semaine, et à condition d’une réponse favorable d’une majorité de créanciers, devrait permettre d’obtenir les tant attendus permis uniques (travail + séjour) pour les quatre étrangers qui piaffent dans les starting-blocks.

« Sans doute est-ce difficile pour les jeunes belges (comme pour le staff) mais je regrette quand même cette forme de capitulation rapide dès que Limburg a creusé un premier trou » fustigeait Sacha Massot à l’issue de la rencontre.

A la décharge de ses hommes, on pointera que face au pressing constant des arrières limbourgeois, la blessure (entorse) de Brieuc Lemaire bientôt suivie de celle d’Abel Baptista a eu pour effet de ne laisser comme seuls meneurs opérationnels que trois jeunes joueurs de régionale 1 (Lambermont, Nzisabira et Titeca) qui se sont fait détrousser comme au coin d’un bois par les solides guards américains de Brian Lynch. 25 pertes de balle qui se sont soldées pour une bonne moitié d’entre-elles au moins par une contre-attaque sans opposition.

Qu’espérer dans ces conditions ?