A quelques jours des débuts officiels en BetFirst BNXT League et après une campagne de préparation décevante ponctuée par ce naufrage gantois, les nuages s’accumulent donc au-dessus du Sart-Tilman. L’orage est-il prêt à éclater, la réponse ne devrait pas tarder.
A Gand, dans une salle pleine comme un œuf, Lionel Bosco avait prévenu ses hommes : cette rencontre face à une TDM 2 (et 10pts d’avantage donc) avait tout du match piège pour des Liégeois dans le doute. Rossés (40 pts) à Leverkusen face à une…D2 allemande, battus 66-86 par le Brussels mercredi, les Principautaires s’alignaient sans Brieuc Lemaire (retour dans 4-5 semaines au plus tôt) ni Maxime Depuydt (préservé après une pointe de contracture mercredi). Surtout, ils n’avaient pas montré grand-chose jusqu’à présent en dépit d’une campagne de transfert qui semble de bonne qualité et visait à les rendre à nouveau compétitifs après 3 ans de galères financières. En cause avant tout une distribution aux abonnés absents, que ce soit dans le chef de Lovre Basic, reconduit après beaucoup d’hésitations, ou de James Pottier en manque évident de rythme.
Rien de très étonnant dès lors que face à des Gantois survoltés, après avoir perdu Iarochevitch (5 fautes dans le 3ème QT) et Robeyns (blessure au dos après une cabriole), les Liégeois se soient retrouvés distancés de…20 longueurs avant de se lancer dans un pressing désespéré.
Revenu à 1 pt (75-74) et 1min09 à jouer, ils tombaient finalement un peu court mais surtout sans gloire face à une jeune équipe locale. La fête pouvait commencer à Gand…