Le meneur belge a été décisif en fin de match face à Southern California.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’université de Baylor s’est trouvé une nouvelle coqueluche. Son nom : Manu Lecomte. Arrivé en droite ligne de Miami et après une saison vierge de toutes compétitions officielles, le meneur de jeu belge s’est rapidement imposé comme titulaire.

Mais ces derniers jours, sa cote de popularité est encore montée en flèche. En cause : une fin de match exceptionnelle face à l’université de Southern California pour mener son équipe au Sweet Sixteen de la March Madness, le tournoi national du championnat universitaire américain de basket.

Qualifié de "héros" de l’autre côté de l’Atlantique, le réveil du Bruxellois a été synonyme du retour aux affaires de Baylor dans cette rencontre compliquée. Alors que son université était menée de deux points, Manu s’est offert un récital en inscrivant 8 points en… 46 secondes ! "J’ai souffert un peu au début. Mes équipiers et mes coachs ont effectué un super boulot. Ils ont gardé confiance en moi, ils m’ont maintenu dans le jeu et m’ont fait confiance en me donnant le ballon. Je devais réussir ces actions", expliquait-il à l’issue de la rencontre.

La confiance retrouvée, celui qui sera peut-être le prochain Belge, après Didier Mbenga, à fouler les parquets NBA était inarrêtable, et voilà Baylor qualifié pour la demi-finale de la région Est face à South Carolina, tombeur de Duke au tour précédent ! Une performance cinq étoiles saluée comme il se doit par ses coéquipiers. " On savait qu’il en était capable. Il le fait d’ailleurs chaque fois aux entraînements", lançait Johnathan Motley à l’issue de la rencontre alors que Jake Lindsey le qualifiait tout simplement "d’incroyable !"

Pour Manu, qui découvre ce niveau de la compétition, c’est un nouvel environnement auquel il doit encore s’adapter après avoir manqué le tournoi par deux fois avec Miami. "C’est nouveau pour moi. J’avais l’habitude de regarder ça à la télévision. Je n’avais jamais eu l’occasion de jouer un match dans le tournoi NCAA."

Ce qui est certain, c’est que Manu Lecomte semble prendre son pied chez les Bears et qu’il s’y sent comme chez lui. Créera-t-il un nouvel exploit en demi-finale ? Le verdict tombera samedi, mais avec un Manu en grande forme, tout est possible pour Baylor qui écrit l’une des plus belles pages de son histoire… grâce à un "petit" Belge !