La logique a été respectée au Barclays Center, où la rencontre, pensait-on, semblait pliée dès la fin du premier quart-temps, Brooklyn menant alors de vingt points (40-20).

Irving, qui a fini avec 34 points et 12 passes, survolait tellement les débats, qu'il en était encore à 100% de réussite aux tirs en première période (9/9, 12/15 au final), dont un panier au buzzer juste avant la pause qui a permis aux siens de continuer à mener tranquillement à la pause (57-43).

Puis sans crier gare, Cleveland est petit à petit est revenu dans le match, à six points des Nets, à deux reprises dans le 4e quart-temps, grâce à Darius Garland (32 pts) et Evan Mobley (17 pts).

Durant (25 pts, 11 passes, 3 contres, 2 interceptions) a alors climatisé les ardeurs adverses, en plantant les banderilles qui comptent. Derrière l'arc après le premier rapproché, puis deux fois à mi-distance pour éteindre la seconde.

Les Cavaliers, profitant de largesses défensives que Brooklyn devra gommer contre Boston, sont même revenus à moins cinq dans la dernière minute, et cette fois "KD" et Kyrie, aimantant logiquement leurs adversaires, ont trouvé des coéquipiers pour marquer, avant de maintenir eux-mêmes un écart suffisant aux lancers francs, pour vivre une fin de match sans stress.

La soirée se finissait avec une joie contenue, car l'émotion avait envahi le Barclays Center quelques heures plus tôt, après l'attaque survenue en matinée dans le métro non loin à Brooklyn, où un homme a ouvert le feu, faisant 23 blessés dont dix par balle.

Une minute de silence a été observée avant le match. Dans la journée, l'ensemble des Nets avait exprimé son désarroi, Kevin Durant déclarant: "C'est dévastateur. On prie et on espère le meilleur pour toutes les personnes touchées".