C’est une véritable hécatombe à laquelle on assiste chez les Nets. Sur une mauvaise réception, la cheville de Kyrie Irving effectue un angle droit pas tout à fait naturel et le meneur passe de longues minutes au sol. L’ancien Celtics ne parvient pas à se relever seul tellement la douleur est intense. Les images sont terribles et la tristesse des Nets est à la hauteur de leurs ambitions. Déjà menée avant la blessure du joueur, Brooklyn ne reviendra jamais dans la partie et les Bucks égalisent finalement 2-2.

Le plus inquiétant pour les Nets, c’est que cette blessure vient s’ajouter à celle d’un autre joueur : James Harden. Pour rappel, l’arrière s’est blessé lors du premier match de la série après seulement 43 secondes de jeu. En quatre matchs, Brooklyn vient de passer du statut de favori à celui d’outsider…

© AFP

Deux êtres vous manquent…

Sans Irving ni Harden, Kevin Durant est désormais bien seul. Peut-être même trop. L’ancienne star du Thunder et des Warriors est le meilleur marqueur de son équipe, mais même lui ne peut pas compenser l’absence de ses deux compères. Ce sont près de 50 points par match, sur ces play-offs, qui sont éloignés des parquets et qu’il faut maintenant répartir au sein de l’effectif. À deux, KD et Irving ont prouvé qu’ils pouvaient porter l’équipe. Seul, la marche est très haute pour Durant. Sans compter qu’il doit composer avec un P.J. Tucker en mission qui a décidé de remettre au goût du jour la défense rugueuse des années 1990.

Privés de deux de ses meilleurs attaquants, Brooklyn est désormais dans l’embarras. La franchise a ouvertement joué la carte du rouleau compresseur en recrutant ce Big Three. Les Nets étaient une machine à marquer, décidée à rentrer plus de tirs que l’équipe d’en face quitte à délaisser la défense. Jusque-là, la tactique s’avérait payante puisque Brooklyn finissait 2e à l’Est de la saison régulière et balayait les Celtics 4-1 au premier tour des play-offs…en affichant la 22e défense de la ligue. Reste à savoir comment Steve Nash compte réagir maintenant que la sulfateuse est enrayée.

… et tout est dépeuplé

La réaction doit venir des joueurs, certes, mais aussi du coach. Loin d’aligner un effectif pauvre, Brooklyn dispose encore de plusieurs atouts. Blake Griffin et Joe Harris en tête. Le premier est revenu à son niveau pré-Détroit, le second est un sniper toujours aussi redoutable. D’une manière générale, le gros changement passe donc par une évolution du playbook et c’est maintenant que Steve Nash doit montrer qu’il possède les qualités requises pour être entraineur principal.

Jusqu’ici, Brooklyn usait principalement du jeu en isolation avec son Big Three qui ressortait le ballon lorsqu’ils ne parvenaient pas à passer. Sans deux de ses atouts et le troisième sous verrou défensif, il est temps pour les Nets de jouer au basket et de faire tourner le ballon. La suite va dépendre de la capacité de l’effectif à élever son niveau de jeu pour répondre au défi. D’autant plus qu’Harden pourrait ne pas revenir avant une éventuelle finale de conférence.

Rien n’est toutefois terminé pour Brooklyn. La série est à 2-2 et le match 5 aura lieu à la maison pour les Nets. De quoi, peut-être, se relancer sur de bonnes bases. Une nouvelle défaite, elle, risquerait fort de sonner le glas des ambitions new-yorkaises.