Agressifs comme il se devaient de l'être, dos au mur après deux défaites dont la dernière difficile à avaler après un shoot au buzzer d'Anthony Davis, les Nuggets ont montré qu'ils avaient bien digéré cet épisode et ont été la meilleure équipe sur le parquet.

Mais cette domination, qui a culminé à 20 points en toute fin de troisième quart-temps, s'est transformée en déconfiture en l'espace de six minutes, où de pertes de balles - six consécutives ! - en paniers encaissés sur contre-attaques, l'écart a été réduit à trois points.

Un miracle pour les Lakers, totalement sous l'eau pendant trois quart-temps et qui se sont bien vu piéger les Nuggets à leur propre jeu, celui des remontées fantastiques qui leur ont permis de se retrouver à ce stade des playoffs aux dépens des Clippers.

Mais, déboussolés et faisant l'expérience de la difficulté de garder un avantage aussi conséquent soit-il, ils ont été sauvés par Murray (28 pts, 12 passes, 8 rbds) auteur de deux paniers à longue distance et de quelques offrandes décisives dans le money-time qui sont venus éteindre l'incendie.

A ses côtés, il a pu compter sur le gros apport de Jerami Grant auteur de 26 points, son record personnel en playoffs, et sur Nikola Jokic qui a surtout pesé en première période (22 pts, 10 rbds).

De son côté, Los Angeles paye une trop grande passivité défensive notamment à l'intérieur (44 rbds à 25) et de nombreuses pertes de balles (16), qui ont abouti à des paniers adverses en transition.

LeBron James (30 pts, 11 passes, 10 rbds) a eu beau sortir le 26e triple-double de sa carrière en playoffs (il est à quatre unités du record NBA de Magic Johnson), cela n'a pas suffi à masquer les inconsistances de la plupart de ses coéquipiers.

Ainsi, si Anthony Davis a été prolifique en points (27), il n'a pas pesé au rebond (2) ni en défense, contrairement à Rajon Rondo (9 pts, 8 passes), encore formidable d'abnégation avec ses trois interceptions d'affilée qui ont relancé les Lakers. En vain.

Episode 4 de ce duel relancé, jeudi.