Utah et Donovan Mitchell, auteur de 42 points (6 passes) ont tout tenté dans le money-time, pour effacer les 14 points de retard comptés à cinq minutes du terme, mais les Wizards ont tenu bon pour s'imposer (125-121).

Ce succès, ils le doivent au sang froid de Russel Westbrook auteur de deux paniers importants dans les deux dernières minutes, venus parfaire son 23e triple-double de la saison (25 pts, 14 passes, 14 rbds), le 169e de sa carrière à désormais douze unités du record historique d'Oscar Robertson.

L'autre star de l'équipe, Bradley Beal a lui aussi été prépondérant, avec 34 points dans la musette, confortant son statut de meilleur marqueur de la ligue.

Côté Jazz, Bojan Bogdanovic a aussi été prolifique avec 33 points et Rudy Gobert a marqué autant de points qu'il a capté de rebonds (12), mais c'est en défense qu'ils ont perdu ce match, laissant les Wizards shooter à 52,2% de réussite.

Embiid donne la leçon

Quand Joel Embiid va, tout va généralement pour Philadelphie. Et cela s'est vu à Dallas où le pivot, sérieux prétendant au titre de MVP, a dominé les débats pour offrir la victoire aux siens (115-93).

Le Camerounais a réussi 36 points (10/17 aux tirs, 14/15 aux lancers francs, 7 rebonds en 26 minutes seulement), évidemment déterminants dans le succès des 76ers qui ont été toujours devant au score.

Les Mavs, qui avaient laissé leur intérieur Kristaps Porzingis au repos, ont pu compter sur Luka Doncic (32 pts), mais le prodige slovène était trop seul.

Fort de cette victoire et du report du match de Brooklyn à Minneapolis, après la mort d'un jeune homme Noir, Daunte Wright, lors de son interpellation dimanche, les Sixers gardent seuls la première place à l'Est. Ils auront l'occasion de la consolider, justement, face aux Nets mercredi dans un choc au sommet.

Dallas reste 7e à l'Ouest, devant Memphis (8e) qui l'a emporté contre Chicago (101-90) et San Antonio (9e) facile vainqueur à Orlando (120-97).

Avant le coup d'envoi en Floride, les deux équipes, leurs staffs et le corps arbitral se sont réunis et ont formé un cercle au milieu du terrain, les bras entrelacés et la tête baissée, en réaction au drame survenu à Minneapolis.

Randle sans pitié

Deux jours après leur retentissante victoire à Brooklyn, prétendant à leur succession, sans LeBron James (cheville) ni Anthony Davis (mollet/tendon d'Achille), les Lakers toujours privés de leur duo-star n'ont pu en faire de même de l'autre côté de l'East River, nettement battus par les Knicks (111-96).

C'est Julius Randle, un ancien de L.A. qui a été le bourreau des champions en titre, en leur plantant 34 points (10 rbds), bien secondé par Elfrid Payton (20 pts) et Derrick Rose en sortie de banc (14 pts).

En face, Dennis Shroder (21 pts, 6 passes) a été le seul à surnager. Le pivot Andre Drummond, dominant face aux Nets samedi (20 pts, 11 rbds) n'a cette fois pas pesé offensivement (3 pts, 10 rbds).

Les lakers, qui joueront mardi en back-to-back à Charlotte, restent 5e à l'Ouest. Avec ce 3e succès de rang, NY s'approche de la 7e place de Boston à l'Est.