Effectif vieillissant, le cas Kawhi Leonard qui parait sensible,... la sérénité qui est pourtant une tradition à San Antonio semble être remise en cause cette saison


S'il y a bien un terme qui résume parfaitement la franchise des Spurs depuis des années, c'est le calme et la sobriété. A aucun moment, la franchise dirigée de main de maître par Gregg Popovich ne semble douter. Même avec un effectif décimé, le magicien "Pop" arrive à faire des miracles. Ces vingt dernières années, il s'affiche tout simplement avec un bilan incroyable d'au moins 60% de victoires! Et comme tous les ans, au moment de citer les favoris pour le titre suprême, le nom de San Antonio revient à chaque fois. Et cette saison n'a pas dérogé à la règle même si sur le terrain, la situation est un peu plus préoccupante.


Tout d'abord, l'effectif est vieillissant. Tim Duncan est parti couler de beaux jours sous le soleil alors que Tony Parker s'est mué en remplaçant de luxe, lui qui est encore capable de quelques coups d'éclats mais qui n'a, fort logiquement, plus le même rayonnement qu'il y a quelques années. Troisième larron de ce "Big Three", Manu Ginobili vient de passer la barre de quarante piges. Alors certes, ce qu'il fait est encore incroyable et il a encore réussi à se montrer très "clutch", mais cela devient compliqué de suivre dans cette NBA moderne où tout va plus vite. Et les jeunes? Ils sont en développement mais encore loin de leurs aînés à l'image de Kyle Anderson et de Dejunte Murray qui a démontré de belles choses mais qui a encore besoin de temps.


© DR


Un tableau plutôt sombre pour une équipe qui se classe pourtant actuellement à la quatrième place à l'Ouest. Il faut dire qu'avant le début de la saison, Gregg Popovich avait réussi la prouesse de transformer LaMarcus Aldridge en véritable joueur de basket. Vient enfin le cas de Kawhi Leonard. Superstar de l'équipe, l'ailier n'a foulé les parquets qu'à neuf reprises cette année. La faute à une vilaine blessure au quadriceps. Une blessure plutôt étrange qui pose question. Il y a quelques semaines, on l'annonçait "out" pour la saison! Son coach déclarant au micro des journalistes américains qu'il serait étonné de voir Kawhi cette année. Et puis, quelques jours plus tard, revirement de situation. Kawhi Leonard devrait être de retour dans le courant du mois de mars. Une communication qui laisse à désirer et qui n'est pas du tout habituelle dans la routine souvent très calme et bien huilée des Spurs. D'autant plus que dans un premier temps, les médecins annonçaient que Kawhi Leonard était apte à jouer... mais que c'était le joueur qui ne le sentait pas. Problème de mentalité? De confiance? Etonnant de la part d'un "franchise player" qui sera libre de signer là où il l'entend à l'été 2019!


© DR

Quelques couacs qui font tâche dans la maison des Spurs habituellement calme et discrète. Alors certes, San Antonio reste San Antonio et Gregg Popovich est capable de transformer une Lada en Ferrari mais il faut tout de même avouer que sans Leonard ni Aldridge, cela fait un peu pauvre face aux grosses armadas de l'Ouest. Même si cela paraît impensable, la question mérite d'être posée: San Antonio peut-il louper les playoffs cette année? Car jamais, la lutte pour les huit premières places n'avait été aussi serrée. Les Spurs, 4e, ne possède en effet que 2,5 victoires de plus que les Nuggets... 9e! Encore finaliste à l'Ouest l'année dernière, San Antonio semble se trouver à un virage important pour la suite de la franchise... avec énormément d'interrogations. Que va faire Kawhi? S'il décidait de partir l'été prochain, l'effectif de San Antonio risque d'en prendre un sacré coup et même avec un magicien sur le banc, l'avenir semble assez sombre dans le Texas. Mais on en est encore loin et c'est peut-être mal connaître la maison Spurs qui est capable de renverser des montagnes. Maintenant, il est quand même temps de retrouver un peu de sérénité mais très clairement, à l'heure actuelle, San Antonio ne fait plus figure de favori, ni même d'outsider, dans la course au titre. Les Texans rentrent dans les rangs dans cette NBA qui semble plus cyclique que jamais. Cela sent la fin d'une belle époque dans le Texas. Espérons pour les fans des Spurs que comme souvent, la franchise contredira les pronostics, un petit jeu auquel Gregg Popovich est passé maître!