Pour l'occasion, la retransmission télévisée des matches s'est parée d'un habillage comics. Une fumée dessinait parfois la trajectoire d'un shoot à longue distance, des logos surgissait à chaque panier spectaculaire marqué - tel le "A fléché" des "Avengers" - et les prénoms des joueurs s'incrustait dans un rectangle blanc comme dans une BD.

Sixers soudés

Joel Embiid était dans un soir moyen (13 pts, 10 rbds), mais l'union a fait la force du côté de Philadelphie pour s'imposer face à Chicago (106-94) et conserver la tête à l'Est devant Brooklyn.

Au final, tels les "Avengers", les cinq titulaires ont chacun inscrit entre 13 et 21 points, signe d'un jeu collectif bien huilé.

Knicks déchaînés

Personne ne les a vus venir cette saison et ils sont actuellement dans une grande forme: les Knicks ont aligné une 12e victoire en 13 matches sur le parquet des Grizzlies (118-104) pour conforter leur 4e place à l'Est.

Une fois de plus, ce succès a porté la griffe de leur "Black Panther" Julius Randle (28 pts, 6 rbds, 6 passes), qui a trouvé un soutien précieux en son "Daredevil" Derrick Rose, très affûté en sortie de banc (25 pts, à 11/15 aux tirs).

Quant à la redoutable défense, elle a attrapé dans ses filets le jeune "Spiderman" de Memphis (9e à l'Ouest), Ja Morant (8 pts, réduit à 2/13).

New York devance Atlanta (5e) qui a battu Portland (123-114), grâce à son shooteur italien Danilo Gallinari, qui a décoché, tel "Hawkeye", des flèches vénéneuses (28 pts, 7/10 derrière l'arc), et à son "Ant-Man" Trae Young qui s'est encore faufilé partout (21 pts, 11 passes).

Wizards vitaminés

Non content d'enchaîner les triples-doubles - il en est à 32 cette saison, le 178e de sa carrière à trois du record historique d'Oscar Robertson - Westbrook, "Iron Man" à tout faire de Washington, se prend d'en réaliser des très rares, en témoigne celui réussi contre Indiana (14 pts, 24 passes, 21 rbds) qui a largement contribué à la victoire (154-141).

C'est la 3e fois dans l'histoire de la ligue qu'est réussi un "TD" avec un minimum de 20 passes et 20 rebonds. Le légendaire Wilt Chamberlain fut le premier à y parvenir, "RussWest" l'aura fait deux fois. Des statistiques folles, qui l'assurent à 7 matches de la fin de la saison régulière, même s'il venait à ne pas les jouer, de la finir en triple double de moyenne. Et ce pour la 4e fois sur les cinq derniers exercices.

A ses côtés, le Japonais Rui "Ronin" Hachimura (27 pts) et Bradley "Spiderman" Beal (26 pts) ont été de précieux relais offensifs dans ce duel important dans la lutte pour les barrages, les Wizards (10e) se rapprochant à une demi-victoire des Pacers, dont la défense poreuse a rendu vains les efforts de Domantas Sabonis (32 pts, 20 rbds, 9 passes) et Caris LeVert (33 pts).

Warriors déterminés

A l'Ouest un même type de confrontation opposait La Nouvelle-Orléans (11e), qui se bat pour finir barragiste, à Golden State (8e), soucieux d'y assurer sa présence. Et ce sont les Warriors qui l'ont emporté avec autorité (123-108).

Un succès dû à Curry, son inévitable "Mr Fantastic", qui a dépassé pour la 9e fois cette saison la barre des quarante points (41, 8 passes), bien aidé par Draymond Green, généreux dans l'effort comme "Captain America" avec un triple-double à la clé (10 pts, 15 passes, 13 rbds).

Côté Pelicans, le jeune Zion Williamson a comme souvent été fort comme "Hulk", mais sans suffisamment se mettre en colère pour tout écraser sur son passage (32 pts, 8 rbds).