La joueuse internationale belge de 39 ans (40 en octobre) a évolué durant neuf saisons en WNBA, la prestigieuse ligue féminine américaine, au cours de sa carrière. Et ce boycott ne la surprend pas vraiment.

"La situation aux États-Unis est devenue de plus en plus sensible et on pouvait s’attendre à d’autres mouvements de protestation. D’autant qu’au sein de la NBA et de la WNBA, 80 pour cent des joueurs et joueuses sont noirs de peau. Ils en ont assez et veulent du changement ! Lors de mon dernier passage en WNBA, ce sujet était déjà évoqué au sein du vestiaire. Ils souhaitent une Amérique plus juste et équitable. Ils ont eu raison de profiter de leur visibilité médiatique."