Le basket, et les clubs plus particulièrement, va-t-il résister à une deuxième session sans spectateurs? Les inquiétudes sont grandes (et légitimes) au sein des différents clubs de l'élite. Sans revenus liés aux droits télés, si les clubs tiennent tant bien que mal le coup, c'est grâce aux supporters. Malheureusement, les dirigeants du pays ont décidé d'interdire le public dans les événements en salle de plus de 200 personnes. Du coup, le choix est "simple" pour les clubs: jouer sans public ou espérer des meilleures nouvelles dans les jours qui viennent.

Du côté du Spirou Charleroi, on a tenté de trouver un compromis à la belge mais finalement, il n'en sera rien avant le prochain Codeco prévu dans les jours qui viennent. "Suite aux décisions gouvernementales, nous ne pourrons accueillir nos supporters lors de nos deux prochaines rencontres, expliquent les dirigeants du club sur leur site internet. Nous avons introduit un dossier auprès du ministre pour ouvrir des jauges raisonnables mais la réponse n'arrivera pas avant les prochaines échéances. C'est une énorme déception car vous étiez très nombreux à avoir réservé vos tickets pour ce qui devait être une fête du basket sous la thématique de Noël. C'est aussi un nouveau coup dur pour la pérennité des clubs."

D'autant que sur le plan sportif, ces deux rencontres à domicile consécutives face à Malines (le 17 décembre) et Alost (le 22 décembre) sont capitales en vue d'une qualification pour le Top 5 et le Golden Group de la compétition. "Les aborder sans notre sixième homme ne joue pas en notre faveur. Ce même plan sportif nous oblige cependant à maintenir ces rencontres sous peine de devoir jouer tous les trois jours en janvier sans aucune garantie d'un retour du public." Le club précise malgré tout que les rencontres prévues du 7 au 9 janvier (contre Limburg United et Mons) sont, quant à elles, reportées à une date ultérieure.

Une décision prise dans la douleur par le Spirou. "Comme expliqué précédemment, nous pointons le manque de cohérence entre les mesures. Vous êtes des supporters disciplinés et nous avons l'espace pour faire respecter les mesures. Nous mettons donc tout en œuvre pour faire entendre notre voix et espérons que ces deux rencontres seront les seules jouées sans vous."

A moins d'un revirement de situation, le Spirou va donc jouer ses deux prochaines rencontres dans un Dôme vide de ses supporters. Triste pour le basket belge qui n'avait clairement pas besoin de ça.