Avec leur large succès du match aller, la qualification était d’ores et déjà acquises mais, avec l’aide d’un nouveau renfort américain de taille, les Norvégienne entendaient quitter la compétition la tête haute. Si les Panthers menaient de 12 unités au repos (35-23), jamais elles n’ont pu faire exploser la rencontre comme à Bergen voici quelques jours.
La faute aux nombreuses rotations pratiquée par le coach Pierre Cornia. « J’assume totalement même si je suis déçu pour les 800 spectateurs de n’avoir pu montrer mieux. Nous en sommes à notre 11ème jour de basket d’affilée. Pour des étudiantes non-professionnelles pour la plupart ca fait beaucoup d’autant qu’il y avait le long déplacement en Norvège et que nous jouons encore un match difficile et important dès samedi à Waregem. »

En attendant l’essentiel est acquis : les Panthers ont remporté le second succès européen de leur courte histoire et sont ainsi qualifiées.