Sam Rotsaert est inquiet du manque de rotations inside et du temps de jeu d’Hervelle.

Vendredi, moins d’une semaine après l’exploit réalisé à la Côte, les Carolos ont remis le couvert face au champion pour s’offrir une petite avance de quatre unités (76-72) avant le match retour de Coupe de Belgique prévu ce dimanche.

Tout comme en championnat, Axel Hervelle fut une nouvelle fois impérial : 16 points, 9 rebonds (dont 6 offensifs) et 3 passes. Une superbe prestation qui inquiète tout de même son coach. L’objet de ses craintes : le temps de jeu de l’ancien international de 36 ans : 24 minutes.

"Je dois être honnête : j’ai peur pour Axel à chaque match, lance Sam Rotsaert. À l’entraînement, on essaye d’être intelligent avec lui car on en a besoin. Je le laisse sur le vélo ou à côté du terrain pour guider les jeunes et pousser l’entraînement. Il est très important et je dirais même que c’est le cœur de cette équipe."

"On verra lundi si on prend un nouveau pivot."

Avec Khalid Boukichou out pour au moins un mois, le Liégeois va encore passer pas mal de temps sur le parquet, d’autant plus que Josh Sharma, l’autre pivot carolo, brille par sa naïveté en tentant de contrer tout ce qui bouge pour se faire sanctionner rapidement de plusieurs fautes.

"On verra lundi si on prend un nouveau pivot, continue Sam Rotsaert. Normalement, c’est non. J’espère que ce sera un mois pour Khalid mais le docteur parle peut-être de deux mois. Si c’est le cas, il faudra réfléchir à quoi faire. De son côté, Khalid a envie de jouer et voudrait même être sur le terrain ce dimanche. Mais c’est vrai que sans lui, c’est dur dans les rotations à l’intérieur d’autant que notre nouveau meneur ne peut pas encore jouer non plus."

Mais le Spirou l’a prouvé : il est capable de renverser les meilleurs même sans meneur ni pivot titulaire. Ce dimanche, on peut s’attendre à un nouveau combat entre Ostendais et Carolos qui auront à cœur de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe.

"Ce qui a fait la différence vendredi : l’énergie des joueurs. J’ai beaucoup de respect pour eux pour la manière dont ils se sont battus sur le parquet. Quoi qu’il se passe dimanche, je serai très fier de mes gars", conclut Sam Rotsaert.