À l'Est, Philadelphie a encore dominé Toronto 112-97 et mène 2-0 avant de se rendre au Canada. Il est déjà difficile de s'en sortir face aux Warriors quand Stephen Curry prend feu. Mais si Klay Thompson s'y met aussi et si Jordan Poole s'amuse à imiter ses aînés, cela devient impossible. Les Nuggets en ont fait l'amère expérience et le MVP en titre le pivot serbe Nikola Jokic (26 pts, 11 rebs, 4 ast), qui doit se sentir très seul, a été impuissant.

Car le "little Big 3" de Golden State a encore sévi. Une nouvelle fois remplaçant, pour son deuxième match après un mois d'absence (cheville), Curry n'en est sorti que plus fort et rasséréné (34 pts, à 12/17), Klay Thompson a planté huit points d'affilée (21 au total) qui ont lancé le "chaud show-time" du 3e quart-temps (44-30), avant qu'une "Poole party" (29 pts à 10/15, 8 passes) ne se déchaine dans un Chase Center de San Francisco en fusion.

Pendant ce temps, sur le banc de Denver, l"incorrigible Demarcus Cousins ne trouvait rien de mieux que se frictionner avec Will Barton et, très frustré, après ce qu'il considérait comme une faute non sifflée de Draymond Green, Jokic était exclu dans la 4 quart à suite d'une seconde faute technique.

Dallas poussé par leurs fans survoltés, a surmonté l'absence de sa star Luka Doncic (élongation à un mollet), pour vaincre 110-104 le Jazz, apparu bien atone.

Dallas s'est appuyé sur Jalen Brunson en état de grâce avec 41 points (record personnel) dans la musette (15/25 aux tirs, dont 6/10 derrière l'arc, 8 rebs) et sur un pivot Maxi Kleber à maxi-efficacité à longue distance (8/11, 25 pts). Au total, l'équipe a planté 22 banderilles primées, qui ont renversé la situation (-10 à la pause).

En face, Donovan Mitchell a bien marqué 34 points et Bojan Bogdanovic 25, mais ils n'ont su peser dans le money-time. Pas plus que Rudy Gobert, encore peu sollicité en attaque (8 pts à 2/5) et dont l'abattage à l'intérieur a été vain (17 rebs, 2 contres).

À l'Est, Philadelphie a encore réussi à se défaire de la défense de Toronto qu'elle a encore mis à mal. Après la correction infligée samedi (131-111), les Sixers s'attendaient à ce que les Raptors, champions 2019, sortirent leur griffes. Ce fut le cas et Embiid a été ciblé. Mais cela n'a rien changé à l'affaire, car le pivot camerounais est resté dominant dans la raquette (31 pts à 9/16, 11 rebs),

À ses côtés, Tyrese Maxey (23 pts, 8 passes, 9 rebs) a confirmé son excellente forme actuelle, contribuant avec Tobias Harris (20 pts, 10 rebs, 3 contres) à la 100e victoire en playoffs de Doc Rivers, qui rejoint aux tablettes de la NBA Larry Brown, un ancien coach émérite des Sixers.

Toronto, qui était privé de Scottie Barnes, dont une cheville a plié sous le poids de Joel Embiid lors du premier match, n'a fait illusion que cinq minutes, le temps de mener 8-0. Puis Philadelphie a accéléré, pour compter jusqu'à 29 longueurs d'avance au 3e quart-temps. Toronto est bien revenu à 11 points à 6:30 mais Maxey a mis fin à ses espoirs.

OG Anunoby (26 pts à 10/14) a été le plus saignant des Raptors, Pascal Siakam et Fred VanVleet, 20 points chacun, n'ont pas démérité.