La série ne fait que commencer et les Bucks ne mènent que 1 à 0, mais leur démonstration de force, dans le sillage de Giannis Antetokounmpo, fort sur tous les fronts avec un triple-double (24 pts, 13 rbds, 12 passes) à la clé, a calmé les ardeurs du bouillonnant TD Garden, qui se prend à rêver cette saison d'un 18e titre record.

La performance des Bucks est d'autant plus remarquable qu'elle a été réalisée en l'absence de Khris Middleton, qui soigne une entorse ligamentaire au genou gauche et ne devrait pas pouvoir faire son retour de sitôt.

Mais les forces en présence ne manquent pas, à l'image de Jrue Holiday, troisième trident offensif de l'équipe, qui en a été le leader puisqu'il a fini meilleur marqueur (25 pts, 10 rbds, 5 passes, 3 interceptions).

L'équipe de Milwaukee a non seulement pris le dessus sur la meilleure défense du championnat, mais elle a fait mieux encore, puisque sa force de dissuasion a fait la différence, les C's ayant été limités à 33,3% aux tirs, en envoyant pas moins de 50 tentatives derrière l'arc pour 18 entrées seulement. Preuve qu'ils n'étaient pas armés pour s'approcher de plus près.-

Tatum et Brown étouffés

Jayson Tatum, contré deux fois de façon spectaculaire par Giannis, a fait les frais du traitement particulier qui lui a été réservé (21 pts à 6/18). Idem pour Jaylen Brown, étouffé (12 pts, à 4/13, 9 rbds).

Dans ce match à forte intensité dans les duels, Marcus Smart (10 pts, 6 passes), élu meilleur défenseur de la ligue cette saison, a souffert physiquement. Un nerf pincé au niveau de l'épaule droite, après une prise de Jevon Carter, l'a obligé à se faire soigner avant la pause, et au 3e quart-temps il s'est fait mal au genou droit.

C'est bien en prenant Boston à son propre jeu que Milwaukee s'est imposé, comptant déjà une avance de dix points à la pause, qui a culminé à 17 au 3e quart-temps, sans fléchir en fin de match.

"Nous devions les battre. Nous devons répondre présents ce soir, les contenir aussi fermement que possible, leur rendre la tâche aussi difficile que possible", a résumé Antetokounmpo, très déterminé, à l'image de ce dunk un peu fou après avoir fait rebondir le ballon sur la planche.

A l'Ouest, c'est au terme d'une rencontre irrespirable jusqu'à la dernière seconde que les Warriors se sont imposés chez les Grizzlies, pour marquer le premier point.

Poole lumineux

Klay Thompson (15 pts, à 6/19), quoique longtemps en difficulté, a été clinique pour définitivement faire repasser devant son équipe d'un panier derrière l'arc à 36,6 sec du buzzer. L'arrière l'a été un peu moins ensuite, en ratant de façon surprenante deux lancers francs qui auraient pu faire trois points d'avance, et n'a pas masqué son soulagement, en voyant Ja Morant rater son double-pas sur la dernière action.

Le "Spider-Man" de Memphis n'a absolument pas démérité (34 pts, 10 passes, 9 rbds, 3 interceptions), excellent des deux côtés du terrain, soutenu par Jaren Jackson Jr (33 pts, 10 rbds) au rendement offensif inattendu pour le défenseur qu'il est d'abord.

Tractés par cette double locomotive, les Grizzlies ont mené de 13 longueurs au 2e quart-temps. Et les choses s'annonçaient d'autant mieux qu'en face, le "guerrier" Draymond Green était exclu avant la pause pour une faute flagrante de deuxième catégorie, après donné un coup au visage et fait tomber Brandon Clarke en tirant sur son maillot.

C'est là que Jordan Poole est sorti du banc tout lumineux (31 pts, record personnel en play-offs, 9 passes, 8 rbds) pour tenir la maison Warriors à flot. Stephen Curry (24 pts) a ensuite pris le relais et Golden State de compter à son tour une avance de dix unités à l'entame du quatrième, qui s'est réduite à une. Suffisant.