Philly était déjà presque dos au mur et une victoire s'imposait. Pourquoi? Parce qu'aucune équipe ayant été menée 3-0 dans une série de play-offs n'est parvenue ensuite à la remporter en s'adjugeant les quatre matches suivants. Autant donc éviter ce scénario.

Alors, sorti du protocole commotion quelques heures avant ce troisième match crucial, Embiid a pu être autorisé à faire son retour sur le parquet, avec des airs de vengeur masqué, pourvu d'une protection faciale noire pour son orbite de l'oeil droit fracturé, à la suite d'un coup de coude donné par son compatriote Pascal Siakam lors du match N.6 du 1er tour remporté à Toronto.

Le pivot, finaliste pour le trophée de MVP de la saison régulière, n'a pas toujours été à la fête, manifestement gêné par ce masque qu'il a soulevé à chaque fois qu'il a pu pour éponger sa sueur et pas épargné par la défense de Miami. Mais ses 18 points (à 5/12) et ses 11 rebonds ont pesé et sa présence a densifié le secteur intérieur des 76ers.

Embiid ayant été au coeur de l'attention du Heat, ses coéquipiers ont gagné en liberté d'action et de mouvement, Tyrese Maxey et Danny Green, adroit derrière l'arc comme on ne l'avait plus vu depuis un moment (7/9), ayant fini avec 21 points.

James Harden, vendangeur à longue distance (1/8), a été bien plus utile dans l'orchestration du jeu (17 pts, 6 passes, 8 rbds).

Côté Heat, Jimmy Butler a été le seul à surnager avec 33 points (9 rbds), parvenant quasiment à lui seul à faire revenir les siens à hauteurs des Sixers au 3e quart-temps, après avoir déploré 14 points de retard.

Mais il n'a pas eu le second souffle nécessaire pour faire exister Miami dans le dernier quart-temps, perdu 31-14, Kyle Lowry, remis d'une blessure à l'ischio-jambier gauche, passant à côté de son retour (0 pt, 4 rbds, 3 passes).