À peine sorti d’une saison très fructueuse, Serge Crevecoeur a accepté de se pencher sur la suite des opérations.

Ce week-end, le Brussels est passé à deux doigts d’une qualification pour la finale pour sa toute première participation aux playoffs. Trois ans après avoir rejoint l’élite du basket-ball belge, le club de la capitale peut-il déjà se faire une place et s’installer durablement dans le haut de la hiérarchie en Scooore ! League ? "C’est une question que je me pose aussi mais à laquelle il est très difficile de répondre maintenant", nous a confié hier Serge Crevecoeur alors qu’il se dirigeait vers la France pour quelques jours de vacances bien mérités… Avant d’attaquer la saison 2016-17 qui devra être celle de la confirmation. Nous en avons déjà tracé quelques contours avec le coach et dirigeant du club bruxellois.

Le budget

"Que les choses soient claires : notre budget (NdlR : celui tourne autour du million d’euros) reste largement inférieur à celui de pas mal d’autres clubs en Belgique. Sportivement, nous avons aussi profité des baisses de régime de certains concurrents comme Mons et Charleroi qui possèdent plus de moyens. Une légère hausse devrait être enregistrée la saison prochaine, mais celle-ci sera destinée à investir au sein de notre cellule administrative. En ce qui concerne la masse salariale globale du groupe joueurs, elle n’augmentera pas."

L’effectif

"Nous devons remplacer Gorremans, Sims, Gamble et Brown, ce qui n’est pas rien. La qualité du recrutement sera bien évidemment prépondérante. Retrouver des joueurs de leur talent à si bon prix ne sera pas facile. J’aimerais compter sur un meneur avec un profil d’organisateur et bon défenseur (NdlR : une poposition avait été faite à Niels Marnegrave mais ses prétentions financières sont trop élevées). Nous recherchons aussi deux ailiers. L’un doté d’un bon shoot à distance et un autre au profil plus athlétique capable de bien attaquer l’anneau. Quand au poste 5, je voudrais un joueur mobile et intimidateur sous les anneaux. Où alors un gars capable de dominer offensivement avec de bons mouvements dos au panier."

Le public

"Je pense pouvoir dire que nous avons réussi à rassembler une sorte de petite communauté autour du club. Notre désir était de créer une certaine proximité entre les joueurs, le staff et les supporters afin de conserver l’esprit de sympathie qui nous caractérise. Nous allons d’ailleurs tout faire pour continuer sur cette voie et faire en sorte de fidéliser encore plus le public. Ce qui n’est jamais un challenge facile à Bruxelles."

Infrastructures

"Sportivement, on a assumé nos responsabilités. Même au-delà de nos espérances. Je signerais des deux mains pour rééditer la même performance la saison prochaine. Nous avons gagné à Charleroi devant plus de 6.500 personnes à Forest National et atteint la demi-finale du championnat. Ces performances ne sont pas passées inaperçues et ont permis de donner encore plus de crédibilité à notre projet. Ensemble avec les investisseurs publics et privés, nous espérons donc continuer de grandir. Mais s’il n’existe pas un projet concret de nouvelle salle d’ici à 5 ans, cela ne servira plus à rien de continuer…"


Le nombre de supporters a triplé !

La stratégie de communication du Brussels porte ses fruits

Sur le terrain, le Brussels a réalisé une saison incroyable. Une année qui restera comme l’une des plus belles du club qui est le fruit d’un dur labeur sur le plan sportif… mais également en coulisses. Responsable communication du club, Alexandre De Meeter et son équipe ont réalisé un travail hors-normes.

"Nous avions une stratégie bien définie pour donner une image sexy du Brussels. Il fallait que les gens sachent qu’il y avait un club de basket en D1 à Bruxelles. Il y a trois ans, personne ne s’y intéressait. Je pense que l’engouement dont font preuve nos supporters vient de l’ambiance familiale qui règne au sein du club", continue Alexandre De Meeter. "Nous avons créé une grande proximité avec les joueurs et le staff, ce qui a été salué par les supporters. Le Basic-Fit Brussels, c’est une famille et tout part des réseaux sociaux qu’il faut faire vivre pour donner envie aux gens de se déplacer."

Un travail qui paie puisque le Brussels est la deuxième page Facebook la plus suivie en des équipes de Scooore ! League, derrière celle Charleroi, avec près de 7.500likes au compteur. "Dimanche, à la mi-temps, on avait plus de 40 commentaires d’encouragement sur nos posts et près de 3.000 vues sur notre live d’avant-match. Je n’avais jamais vu ça. Je pense que les gens aiment venir à Neder et nous avons créé le fan pool, une sorte de covoiturage pour les supporters. C’est un chouette concept qui créé des liens, des amitiés et qui cadre avec la philosophie du club."

Un club qui a vu son nombre de supporters grimper en flèche. "Lors de la saison 2013-2014, je pense qu’il devait y avoir 500 supporters de moyenne", conclut le responsable communication. À titre de comparaison, ils étaient plus de 1.600 lors du deuxième match face à Alost. En trois saisons au sein de l’élite, le Brussels a réussi à se créer une image positive et attrayante pour le public. Un succès bien mérité…