D’habitude rassemblés au sein de l’équipe nationale belge de basket, Jonathan Tabu, Kevin Tumba et Loïc Schwartz sont cette fois réunis dans un tout autre contexte. À l’initiative du premier nommé, les trois Belgian Lions vont se rendre cet été en République démocratique du Congo, leur pays d’origine, afin de soutenir le projet "Cavia Basket-ball Academy" situé à Bukavu, et dont Jonathan Tabu est devenu l’ambassadeur il y a un peu moins d’un an. "La présidente du projet, une ex-joueuse internationale congolaise, est entré en contact avec moi pour m'expliquer le projet et j'ai tout de suite adhéré."

© DR

"La philosophie de ce projet est l’éducation à travers le sport", explique le basketteur pro de 35 ans. "C’est une façon d’aider la jeunesse délaissée de Bukavu, une région dévastée par la guerre. Je suis bien placé pour savoir que le sport, et le basket plus précisément, est vecteur de valeurs. C’est aussi cela que nous souhaitons inculquer aux jeunes là-bas tout en véhiculant un message d’espoir. En tant que Congolais d’origine, c’est une manière aussi de rendre à ce pays."

C’est pourquoi il a décidé de se rendre sur place cet été, en compagnie de deux autres basketteurs internationaux aux racines congolaises. Un voyage symboliquement intitulé "A Lion roots trip". Avec comme mission de partager leur expérience et leur savoir.

Collecte de fonds, dîner caritatif et ventes aux enchères

Et l’objectif est de ne pas arriver les mains vides. "Nous avons déjà reçu beaucoup d’aide matérielle de la part de différents clubs, de certaines marques ou même de simples connaissances. Mais le rêve serait de pouvoir récolter les fonds nécessaires pour offrir une infrastructure digne à ces jeunes. Il n’existe par exemple pas de terrain couvert."

Pour y remédier, une campagne de collecte de fonds a été lancée sous le nom "Un don, un sourire pour Bukavu". D’autre part, un dîner caritatif se tiendra ce jeudi (19 h 30) à Berchem-Sainte-Agathe. Plusieurs ventes aux enchères avec quelques articles très intéressants sont également prévues. Les fonds seront intégralement reversés au projet. (Plus d'infos via Facebook > A Lion Root Trip)

© DR

Kevin Tumba : "Un message d'espoir"

"J'avais depuis longtemps l'envie de m’impliquer dans ce type de projet. Le fait que Jonathan vienne vers moi et m’explique le processus m’a convaincu de m’engager avec lui. En tant que Congolais d’origine, j'ai très envie de pouvoir aider la jeunesse là-bas. Mon message sera de leur faire comprendre que tout n’est pas joué d’avance. Il faut être prêt à saisir chaque opportunité qui se présente à nous. Moi-même je suis né au Congo et on ne se rend pas toujours compte de la chance qu’on a eu de pouvoir profiter de bonnes installations en Belgique. Je veux aller là-bas leur porter un message d’espoir."

Loïc Schwartz : "Pas mal de jeunes au Congo suivent mon parcours"

"Prendre part à ce projet, c'est la possibilité pour moi de donner quelque chose en retour au Congo, mon pays d’origine. Et de faire profiter de mon expérience. Je transmettrai aux jeunes qu'avec le travail, tout peut arriver. Si on a des rêves et qu’on se donne les moyens on peut y arriver. J'ai de la famille au Congo mais je n'y suis plus retourné depuis 18 ans. Pas mal de jeunes au Congo suivent mon parcours et me demandent des conseils via les réseaux sociaux. Donc je donne ce que je peux. De plus en plus d’enfants jouent au basket malgré des conditions difficiles. Sur des panneaux pliés ou même sans baskets au pieds parfois. C’est pourquoi ça nous tient à coeur de pouvoir les aider quelque peu."