Amorison: ''Tout pour VDB!''

Ph. V.H.
Amorison: ''Tout pour VDB!''
©Belga

Le jeune Wallon sera la nounou de Vandenbroucke, en course tout au moins...

DOHA Ici, au Qatar, il est sans son capitaine. Pas de bidon ni de vêtements à aller chercher, personne à protéger du vent pendant la course. Mais dès qu'il rentrera en Europe, Frédéric Amorison n'aura plus d'yeux que pour Frank Vandenbroucke. L'encourager, le réconforter parfois de sa présence, le ramener dans le peloton après une crevaison ou un autre ennui mécanique, le lancer vers un succès, bref le choyer en course, comme une maman dorlote son enfant, telle sera la mission du jeune coureur Wallon. Une mission qui l'enthousiasme. `Je considère que c'est un honneur de pouvoir servir les ambitions d'un coureur aussi doué que Frank Vandenbroucke, dit-il. S'il retrouve ses sensations et son niveau d'il y a quelques années, et si j'y suis pour quelque chose, alors je serai extrêmement heureux.´

Altruiste et intelligent, Frédéric Amorison l'est certainement. Respectueux des traditions aussi. Pour tenter de remplir sa mission de la plus convaincante des manières, le jeune pro (depuis l'an dernier) n'a rien laissé au hasard. Bien avant de partir en stage avec l'équipe, il avait aligné les kilomètres (plus ou moins 6000), entretenu sa condition dès la fin de la saison, ne s'octroyant ainsi que de courtes vacances.

En parlant de vacances, le climat enchanteur du Qatar ne l'incite pourtant pas à musarder en route. `C'est vrai qu'un tel tour, dans un cadre pour ainsi dire idyllique, avec un hôtel qui a tout d'un palace (NdlR: les coureurs sont logés au Ritz-Carlton) et une organisation aux petits soins pour nous, on pourrait penser que certains se laissent un peu aller. Ce n'est pourtant pas le cas. Chacun est conscient qu'il est là avant tout pour bosser. C'est en travaillant dur ici que l'on récoltera peut-être de beaux succès ensuite. Vous aurez d'ailleurs remarqué que, depuis le début de cette épreuve, le peloton file un bon train. Chez Quick Step par exemple, nous ferons le maximum pour nous mettre en valeur, pour donner confiance aussi à notre sprinter de service, le jeune Aurélien Clerc. Nous sommes une nouvelle équipe, et pour les sponsors, il serait bien de pouvoir, dès le Qatar, mesurer les retombées médiatiques.´

Frédéric Amorison est d'avis qu'une victoire, même dans une petite course, est toujours bonne à prendre. `Trois succès, même dans des épreuves modestes, contribuent néanmoins à la construction d'une réputation dans le milieu cycliste. Si, pour le grand public, seuls les monuments attirent l'attention, il n'en va pas de même pour les leaders d'équipe, les managers et les directeurs sportifs, qui peuvent ainsi cerner la valeur, la personnalité d'un coureur. Et puis, il y a toujours les fameux points, glanés dans n'importe quelle course UCI et qui font notre bonheur en fin de saison, lorsqu'il s'agit de monnayer un transfert ou revoir à la hausse les conditions d'un contrat.´

Frédéric Amorison, depuis le début de ce Tour du Qatar, a des sensations qui sont plutôt bonnes. Lors de l'étape de samedi dernier, qui a vu plus de la moitié du peloton perdre quelque 12 minutes sur les plus forts, notre compatriote se trouvait dans le bon groupe. `Déjà lors du dernier stage de l'équipe, j'avais l'impression d'avoir la bonne patte. C'est important, parce qu'au prochain Tour Méditerranéen, le championnat du monde du début de l'année, comme je l'appelle, le rythme sera déjà sacrément élevé et les bosses se monteront toutes au sprint!´`Ah, j'espère vraiment que Frank en gagnera une grande, conclut spontanément Frédéric. Ce jour-là, j'aurais déjà réussi ma saison.´


DÉCOUVREZ SUR DHNET, LES NOUVELLES AVENTURES DE CAROLINE BALDWIN (éd. CASTERMAN): Rendez-vous à Katmandou. TROIS NOUVELLES PLANCHES FULL COLOR CHAQUE JOUR.

© Les Sports 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be