Frédéric Amorison: S’il lâchait la guigne…

Eric de Falleur
Frédéric Amorison: S’il lâchait la guigne…
©Photonews

Frédéric Amorison rêve d’enfin disputer une saison complète, exempte de pépin

BRUXELLES Depuis quelques jours, Frédéric Amorison est avec plusieurs de ses coéquipiers en stage à Saint-Aygulf, dans le Var. C’est là qu’une partie des coureurs de Gérard Bulens, l’autre étant en Toscane, prépare les débuts de la saison à l’Étoile de Bessèges, le mercredi 3 février.

Pour le Hennuyer, 32 ans dans quelques semaines (le 16 février), c’est déjà la cinquième saison dans l’équipe Crédit Agricole après ses débuts réussis au Lotto (en 2001), puis son passage chez Quick Step (2003-04).

Chez Bulens, il est, dans l’ombre de Sven Nys, l’incontestable vedette de la formation continentale pro belge, le chef de file pour les courses sur route avec Bert De Waele. Du moins quand Fred est opérationnel... Car la carrière de Frédéric Amorison a été émaillée de nombreux contretemps physiques. Le coureur de Basècles a collectionné plus de blessures et de maladies que de victoires, quatre à peine, alors qu’ils devraient être cinq fois plus nombreux sur son palmarès, lequel recense une kyrielle de places d’honneur.

“Pêle-mêle, je peux vous dire que j’ai été opéré trois fois du genou, trois fois d’un kyste à la selle, du poignet et de la clavicule que je m’étais fracturés, que j’ai eu une mononucléose...” rappelle le papa de Louka, d’Eva et de Sacha. “À chaque fois, c’est un coup d’arrêt qui vous contraint à reprendre à zéro quand la convalescence est terminée. Jusqu’alors, le moral est au plus bas, c’est une grosse déprime. Mais dès que je remonte sur mon vélo, le moral revient, même si je vieillis et que c’est de plus en plus dur de recouvrer la forme à chaque fois. Je suis pro depuis neuf ans, mais je n’ai sans doute couru que la moitié de ces saisons. À ce rythme, je peux rouler jusqu’à 40 ans chez les professionnels. Je suis encore là huit ou neuf ans !”

Victime de la malchance à répétition, le Wallon se compose des objectifs réalistes.

“Plus que les résultats, j’aimerais rouler enfin une saison complète, sans connaître le moindre pépin”, avoue celui qui fut arrêté et opéré trois fois l’an passé pour un kyste mal soigné. “C’est difficile de croire en quelque chose. En général, je suis bien en début de saison, comme l’an dernier. Au Circuit Het Nieuwsblad (NdlR : où il contre-attaqua en compagnie de Gilbert et de Nuyens), j’étais très fort. Je ne suis pas Gilbert ou Boonen, mais je pense me situer parmi les dix meilleurs Belges. J’espère enfin le démontrer.”



© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be