VDB : “J’espère être reconnu un jour”

Eric de Falleur
VDB : “J’espère être reconnu un jour”
©Belga

L’Anversois est en quête de succès et de notoriété

Tchmil : “Un grand tour avec Rodriguez”

BRUXELLES Troisième du Flandrien, samedi, Jurgen Van den Broeck a ajouté une nouvelle place d’honneur à un palmarès qui ne recense que des accessits. Le Campinois a bien levé les bras deux fois cet été, mais c’était aux critériums de Peer et d’Herentals, dont on connaît la valeur sportive toute relative.

“Je savais avant la Lombardie que ce serait dur de battre Phil (Gilbert), alors après sa démonstration... il a mérité ce trophée.”

Mais pour la deuxième place, ses collègues et certains anciens ont préféré Tom Boonen à VDB.

“J’ai le handicap de ne pas être un coureur qui gagne facilement puisque cela ne m’est jamais arrivé, à part des critériums. C’est la différence, j’espère que cela m’arrivera. Autrefois, cela me faisait de la peine, mais je préfère avoir fini 5e du Tour que d’avoir gagné une étape. J’espère être reconnu un jour pour mes résultats. Pour moi et pour les autres coureurs de tours et il y en a en Belgique. Le cyclisme, c’est plus que le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Le Tour, c’est trois semaines de classiques.”

On est tourné vers le Tour 2011, mais que retient-il du dernier ?

“Je suis fier de ce que j’ai réalisé. C’était le top niveau, je partais pour une place parmi les dix premiers et j’ai fini 5e. Je sais tout ce que j’ai fait pour y arriver, tous les efforts et le boulot consentis depuis novembre de l’an passé.”

Cela va-t-il changer des choses dans la suite de sa carrière ?

“Je sais où se situe mon avenir, je vais évidemment me focaliser sur les grands Tours, m’y concentrer. Je veux faire cela jusqu’à la fin de ma carrière, afin de ne rien regretter et si cette 5e place est le maximum que j’ai pu obtenir, eh! bien, j’aurai tout tenté. Attention, je roulerai encore les classiques wallonnes en fonction de Phil. Je ne suis pas aussi explosif que lui, on est très différents, je ne peux pas faire la différence sur une bosse comme il le fait !”

Reste à voir quel sera le reste du programme du Campinois.

“On en décidera dans les prochains jours. Mais pourquoi changer ? Ce qui est sûr, c’est que je ne ferai pas le Giro. Je débuterai à la Ruta del Sol, puis je courrai Paris-Nice, le Dauphiné, encadré par des stages en montagne et des reconnaissances. Puis, on décidera après le Tour si je vais à la Vuelta.”

Mardi, à la présentation du Tour, VDB a tenu un discours manquant quasi d’ambition.

“Non. Je veux faire comme cette année et je partirai avec la même ambition : finir dans le Top 10. Égaler ce résultat serait déjà une performance, pour le même prix, j’aurais pu finir 6e ou 7e, il faut aussi de la chance dans un Tour. Je suis content de ce que j’ai vu lors de la présentation. Ça me convient, il est dur, surtout sur sa fin, une fois encore, et c’est toujours là que je suis le meilleur. Il y a beaucoup de montagne et peu de chrono.”

Qui reste, curieusement, pour un ex-champion du monde (junior en 2001), son point faible.

“J’y travaille. Pour le moment, je suis occupé à tester du matériel, à soigner ma position. Durant des années, j’ai privilégié ma progression et le travail en montagne.”

Quant aux transferts de son équipe, ils le satisfont.

“On s’est renforcé, sur tous les terrains. Pujol est un excellent grimpeur, il y a aussi Van de Walle, Willems, Greipel, bien sûr. Sa présence va m’enlever de la pression.”

S’il ne veut pas parler du cas Contador, Jurgen Van den Broeck se défend des accusations proférées par le procureur du Coni qui a déclaré que tous les coureurs du peloton avaient recours à des produits interdits.

“C’est triste et injuste pour le cyclisme, s’il a des preuves de ce qu’il affirme, qu’il les avance”, termine le coureur de Morkhoven qui part bientôt en vacances à Curaçao, avec sa copine.



© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be