Lutter contre le dopage sur un Tour de France coûte 700.000 €

Lutter contre le dopage sur un Tour de France coûte 700.000 €
©Reporters

"Ce montant tient compte des analyses et de la prise en charge des contrôleurs"


PARIS ASO et les organisateurs du Tour de France cycliste consacrent chaque année environ 700.000 euros à la lutte contre le dopage, notamment en financements de contrôles, a indiqué mercredi le directeur général du Tour Christian Prudhomme, devant le Sénat français.

"Sur l'ensemble de la saison, environ 700.000 euros (y sont consacrés) en tenant compte des analyses, des mises à disposition de voitures ou de l'hébergement. L'organisateur doit totalement prendre en charge les contrôleurs", a expliqué Christian Prudhomme, en réponse à une question du rapporteur de la commission d'enquête sénatoriale sur l'efficacité de la lutte contre le dopage.

Le Tour de France est organisé par Amaury Sport Organisation (ASO), qui gère également nombre d'autres prestigieuses courses cyclistes (Paris-Nice, Paris-Roubaix...).

Devant les sénateur, le directeur général du Tour de France a réfuté tout reproche d'attitude nonchalante à l'égard des comportements douteux de certains coureurs ou d'équipes durant l'épreuve.

Plus largement, lors de son audition, Christian Prudhomme a voulu remettre en perspective le rôle des organisateurs d'épreuves et leurs pouvoirs dans le domaine de la lutte contre le dopage, soulignant que l'entourage du coureur devait être également sanctionné, et pas seulement le sportif.

"Nous ne sommes pas juges et parties", a-t-il ainsi martelé. "Nous ne fixons pas les règles, nous ne faisons pas les contrôles, nous ne disons pas qui doit être contrôlé. Le cyclisme s'est dopé avant les autres, a été plus loin dans ce domaine, mais le cyclisme a changé", a-t-il argumenté.

© La Dernière Heure 2013

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be