Gilbert: “Je devrais arriver en forme juste à temps”

E. d. F.
Gilbert: “Je devrais arriver en forme juste à temps”
©REPORTERS

Deuxième derrière Sagan, Philippe Gilbert s’est rassuré. Sa condition a franchi un bon palier

BRUXELLES Évidemment, la victoire a toujours une meilleure saveur, mais, sincèrement, on ne doute pas que Philippe Gilbert aura accueilli sa prestation d’hier et la deuxième place qui l’a couronnée, avec satisfaction.

Battu par Sylvain Chavanel sur la Promenade des Anglais, lors de l’avant-dernière étape de Paris-Nice, Gilbert a cette fois dû mettre les pouces devant la supériorité de Peter Sagan, mais cette défaite-ci lui a fait moins mal et, surtout, elle le rassure sur l’évolution favorable de sa forme, à quatre jours de l’Amstel et à onze jours de Liège-Bastogne-Liège.

“On préfère toujours gagner, mais Sagan est un des plus rapides du peloton”, disait-il. “Il bat même Cavendish ou Greipel dans un sprint. Je savais que j’avais peu de chance de le devancer, mais j’ai essayé. Je n’ai pas commis de faute aujourd’hui. J’étais dans une position idéale après l’attaque de Greg (Van Avermaet). Il devait rouler.”

À ce moment déjà, l’Ardennais dut pourtant se faire violence pour garder le sillage du futur vainqueur.

“J’ai eu du mal à rester dans sa roue, il m’a pris quatre ou cinq mètres, mais il l’a vu”, disait Gilbert. “S’il n’avait pas été déjà à fond, il aurait accéléré. Il n’a pas pu le faire, c’est que je ne suis pas loin de sa forme.”

Ce qui rassure le champion du monde, dont le début de saison, sans être du même tonneau que le précédent, n’a jusqu’ici pas toujours été très engageant.

“J’ai toujours eu confiance, je savais que ça allait venir”, affirmait encore le coureur de BMC. “Je sais que j’ai bien travaillé. Sur un tel parcours, durci encore depuis que la course se termine ici (NdlR : à Overijse), on ne triche pas. Cela ne ment jamais, ce sont automatiquement les plus forts qui sont devant. J’ai fait une belle course, Greg aussi. Toute l’équipe a été bien présente. Ce soir (hier) on va regarder notre contre-attaque, quand on est sorti avec Greg et que Sagan a suivi. Ce fut un beau moment de cyclisme. C’est rassurant, même si j’ai connu mieux, je ne suis pas encore à 100 %, mais je devrais arriver en forme juste à temps…”

Sous-entendu pour Liège-Bastogne-Liège que ne disputera pas Sagan.

“Normalement”, continuait notre compatriote. “C’est l’homme à battre depuis un moment. Il a une équipe forte, même si Moser était en retrait cette fois. C’est quelqu’un qui prend ses responsabilités, son surnom n’est pas pour rien, il fenomeno. C’est un phénomène en dehors et dans la course. C’est très important pour notre sport, qui est en crise, d’avoir un athlète de ce genre. Il est en pleine confiance, je sais ce que c’est, j’ai connu aussi ces périodes où tout vous réussi.”

Mais le Liégeois aimerait bien mettre fin à cette assurance du jeune Slovaque. Dimanche, à l’Amstel Gold Race qu’il a gagnée deux fois, il va trouver une occasion de le faire.

“Ce sera une toute autre course, il y aura soixante kilomètres de plus, mais on a déjà vu qu’il s’adapte sans problème à cette distance”, poursuivait le porteur du maillot arc-en-ciel. “Je ne crois pas que ceux qui ont couru pour la gagne au Pays Basque, où il faisait vraiment mauvais, auront récupéré d’ici-là. Moi-même, j’ai mis du temps; Mais des gars comme Rodriguez et Valverde étaient en stage.”

© La Dernière Heure 2013


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be