Les acteurs du cyclisme se mettent d'accord sur une réforme du World Tour

Les différente parties du cyclisme professionnel sur route se sont mises d'accord sur une réforme de son organisation à l'horizon 2020.

Belga
Les acteurs du cyclisme se mettent d'accord sur une réforme du World Tour
©BELGA

Les différente parties du cyclisme professionnel sur route se sont mises d'accord sur une réforme de son organisation à l'horizon 2020, approuvée à l'unanimité par le comité directeur de l'Union cycliste internationale (UCI) réuni mardi à Innsbrück en marge des Mondiaux autrichiens.

Le nombre d'équipes de première division reste inchangé, 18. La nouveauté du calendrier viendra des UCI ProSeries, une nouvelle catégorie de courses. Ces ProSeries réuniront en 2020 des courses actuellement classées hors catégorie et classe 1, ainsi que des épreuves "à haute importance stratégique dans l'optique du développement du cyclisme" selon la fédération internationale. Elles sont positionnées dans la hiérarchie juste en dessous de l'UCI WorldTour (calendrier mondial).

L'UCI WorldTour regroupera les trois Grands Tours, les autres épreuves par étapes, les courses d'un jour réunies dans une nouvelle UCI Classics Series - dans laquelle on retrouvera les cinq Monuments (Milan-San Remo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Tour de Lombardie, ndlr) et potentiellement une quinzaine d'épreuves de premier plan - et les autres courses d'une journée, pour un total d'environ 185 jours de course. Toutes bénéficieront d'une garantie de trois ans.

Le calendrier sera donc composé de trois divisions: UCI WorldTour, UCI ProSeries et Circuits Continentaux UCI.

Les équipes WorldTour (1re division) composées de 27 à 30 coureurs disposeront d'une licence de trois ans et seront classées à partir des résultats de leurs dix meilleurs courses sur la totalité des courses du calendrier.

"Dès la fin de la saison 2019, et ce tous les trois ans, 18 équipes recevront une licence WorldTour basée sur cinq critères: éthique, administratif, financier, organisationnel et sportif qui permettra de comparer les WorldTeams avec les potentiels candidats", a précisé l'UCI en expliquant avoir cherché à obtenir "une combinaison entre nécessaire stabilité et système ouvert".

Dans cet esprit, les deux meilleures équipes de deuxième division dites ProTeams auront le droit de participer aux grands tours, actuellement ouverts à 22 formations. En conséquence, "le nombre de wild-cards (invitations) à la discrétion des organisateurs sera par conséquent réduit", de quatre à deux logiquement.

Même s'il reste "encore des détails importants à finaliser" selon l'UCI, son président David Lappartient a remercié les représentants des différentes parties (équipes, coureurs, organisateurs) "pour avoir su porter collectivement cette vision pour le cyclisme professionnel et dépasser leurs potentielles divergences".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be