Contador : "Froome peut gagner le Tour et Bernal le Giro"

Seize mois après avoir pris sa retraite, Alberto Contador, 36 ans depuis le mois dernier, s'est confié au quotidien sportif milanais La Gazzetta dello Sport.

Contador : "Froome peut gagner le Tour et Bernal le Giro"
©BELGA

Seize mois après avoir pris sa retraite, Alberto Contador, 36 ans depuis le mois dernier, s'est confié au quotidien sportif milanais La Gazzetta dello Sport.

Le Madrilène a arrêté sa carrière à l'issue de la Vuelta 2017, où il s'était classé 5e après avoir enlevé l'avant-dernière étape, au sommet du terrible Angliru.

Un Tour d'Espagne, couronné par un prix de Supercombatif, fruit des incessantes attaques de Contador.

La force de caractère et le panache ont caractérisé le champion espagnol, victorieux de sept grands tours (Tour de France 2007 et 2009, Giro 2008 et 2015 et Vuelta 2008, 2012 et 2014). Et l'on sait que l'affaire du Clenbuterol lui coûta le Tour 2010 et le Giro 2011.

Désormais, parmi ses occupations, Alberto Contador est consultant pour la chaîne Eurosport, version espagnole, ambassadeur des cycles Trek et qu'il s'occupe avec son frère aîné Francesco de sa Fondation, créée en 2013. Une fondation qui compte des équipes espoirs (Kometa Cycling Team, au niveau continental), juniors et une école de cyclisme à Pinto, son village d'origine, au nord de Madrid.

Dans cet entretien, El Pistolero a abordé sa retraite, la course, le Giro, le Tour, Froome et sa succession.

Sur sa fin de sa carrière

"Je n'ai aucun regret d'avoir arrêté à 34 ans. J'aurais pu continuer deux ou trois ans, j'avais plusieurs propositions intéressantes sur la table, mais j'ai stoppé au bon moment, alors que j'étais encore au sommet et je conserverai toujours de grands souvenirs de mes dernières jours de ma carrière. J'avais d'autres plans, plus personnels, comme devenir père. Cela prend beaucoup de place dans votre vie."

Sur la frustration de ne plus courir

"La course cycliste me manque un peu, parce que je suis un compétiteur né. D'un autre côté, il y beaucoup de choses que je ne regrette pas, je ne suis plus esclave de la balance, je ne dois plus veiller à mon alimentation... Il devait faire toujours attention. Il y avait la tension de la course et la peur des chutes, de plus en plus présentes. "

Sur les chances de Chris Froome de gagner un 5e Tour

"Froome a un autre Tour de France dans les jambes. Il aura l'équipe Sky à ses côtés, après que Geraint Thomas a obtenu sa chance l'an dernier. Il y a un autre qui aurait pu être un rival important, Egan Bernal. Il est déjà prêt à battre les meilleurs. Il est terriblement costaud, il a un potentiel et un talent incroyables. Mais il va courir le Giro, donc Chris a une très bonne chance. Je pense que Froome peut gagner le Tour et Bernal le Giro."

Sur les chances de réaliser le  doublé Giro-Tour

" C'est possible de gagner la même année le Giro et le Tour, mais il y a très peu de coureurs capables de récupérer des fatigues consenties au Giro en à peine un mois. Pour y parvenir, vous devez n'avoir aucun soucis et bénéficier de l'aide d'une équipe vraiment supérieure. Cette année, beaucoup d'adversaires de Froome vont courir le Giro (NdlR : Dumoulin, Roglic, Landa, Nibali, Simon Yates…), cela devrait l'aider au Tour. En 2018, Dumoulin a prouver qu'il était capable de gagner les deux ( il s'est classé 2e du Giro puis du Tour) comme Froome d'ailleurs (Vainqueur en Italie et 3e en France). C'est donc possible en théorie, mais il y a la théorie et la réalité.Je le sais. En 2011, j'étais en super condition au départ du Giro et j'ai gagné ( il sera ensuite disqualifié pour l'affaire du Clenbutérol). J'ai décidé de courir le Tour ensuite, j'étais bien, mais j'ai connu un seul jour-sans, j'ai fini 5e (résultat qui lui a aussi été enlevé)."

Sur les chances de Nibali de réaliser le doublé

" La récupération de chacun est différente. Or, elle est primordiale . En 2015 je n'avais pas totalement récupéré du Giro. Si j'avais eu cinq ans de moins, cela aurait été différent. C'est pour cela que je pense que c'est risqué pour Nibali de disputer les deux grands tours. Il offre la garantie de bons résultats, mais il est aussi très ambitieux. Il fait un choix courageux, mais il n'a plus vingt ans. Une de ses qualités est de ne jamais connaître de jours sans, mais de jeunes talents comme Bernal sont prêts à le défier.”

Sur son successeur en Espagne

" Enric Mas est fort et a un énorme potentiel, sa deuxième place (à la Vuelta) n'est pas un hasard. Mais c'est peut-être encore un peu tôt cette année pour le Tour de France mais à partir de la saison prochaine, il devrait pouvoir rivaliser pour la victoire. Qui de lui ou de Landa gagnera le premier un grand tour, Difficile à dire, mais si Landa est en grande condition au départ du Giro cette année, il sera automatiquement un des favoris."

Sur les "déceptions" Quintana et Aru

“Beaucoup de gens pensent qu'ils ont déjà atteint leur maximum et cela ne peut que jouer en leur faveur."

Sur le "nouveau-Contador"

" Il y a beaucoup de coureurs forts, mais je n'en vois aucun qui court comme je le faisais autrefois. Peter Sagan est le coureur que je préfère. Dans un peloton tellement prévisible, Sagan est un des rares qui osent tenter des actions inattendues."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be