Bruyneel : "Je ne peux rien dire de mal du docteur Ferrari"

L’ancien manager de Lance Armstrong juge que le dopage n’est désormais plus le facteur décisif dans le peloton pro.

Q. F.
Bruyneel : "Je ne peux rien dire de mal du docteur Ferrari"
©BELGA

L’ancien manager de Lance Armstrong juge que le dopage n’est désormais plus le facteur décisif dans le peloton pro.

Les révélations, dimanche soir, de médias danois et norvégiens ont ramené sur le devant de la scène un nom aux relents nauséabonds : Michel Ferrari. Suspendu à vie en 2012 pour son rôle dans le programme de dopage de Lance Armstrong, le sulfureux médecin italien aurait rencontré à plusieurs reprises Jakob Fuglsang, le dernier vainqueur de Liège-Bastogne-Liège.

Un personnage que Johan Bruyneel, un autre banni des pelotons, connaît bien. "Et je ne peux pas en dire de mal, a confié l’ancien manager de l’équipe US Postal dans une interview au Het Laatste Nieuws. Je n’ai pas envie de commenter les révélations de ce week-end tant que celles-ci n’ont pas été attestées. J’avais déjà entendu parler de ces rumeurs l’année dernière mais ne sais pas si elles sont vraies. Je ne peux en tout cas pas dire de mal du docteur Ferrari. Il s’agit d’un médecin assez conservateur et prudent. Beaucoup plus prudent que ce que je sais et lis par exemple de Eufemiano Fuentes (NdlR : au coeur de l’affaire Puerto). Je me demande ce que Fuglsang pourrait faire de plus qu’un autre ou ce qu’il pourrait savoir de plus qu’un autre. Surtout dans une époque marquée de très nombreux contrôles, le passeport biologique et des analyses qui peuvent être encore réalisées dix ans après les faits. L’apport du dopage est devenu si faible qu’il n’est plus le facteur décisif."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be