La Chronique d'Axel Merckx: "J’adore tous ces coureurs offensifs"

Une Chronique signée Axel Merckx.

Eric de Falleur
La Chronique d'Axel Merckx: "J’adore tous ces coureurs offensifs"
©D.R./BELGA
De plus en plus souvent, on voit des coureurs qui partent de très loin avec l’ambition de gagner. Remco l’a fait cette semaine, Pogacar aussi a attaqué à cent vingt kilomètres de l’arrivée des Trois Vallées varésines, Vermeersch ou Moscon, sans sa crevaison et sa chute, auraient pu gagner Paris-Roubaix en étant partis à deux cents kilomètres de l’arrivée… Souvenez-vous de Van der Poel à Tirreno et il y a encore d’autres exemples un peu partout et régulièrement....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité