Amstel Gold Race: victoire de Michal Kwiatkowski à la photo-finish

Kwiatkowski et Cosnefroy se sont disputé la victoire dans un sprint à deux excessivement serré.

Amstel Gold Race: victoire de Michal Kwiatkowski à la photo-finish
©Belga

Le Polonais Michal Kwiatkowski (INEOS-Grenadiers) a remporté la 56e édition de l'Amstel Gold Race (WorldTour) de très peu à l'issue d'un sprint avec son compagnon d'échappée le Français Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën). Les deux hommes se sont isolés successivement d'un groupe de onze coureurs dans le dernier tour du circuit local. Après 254,1 km et un total de 33 ascensions de "bergs", Kwiatkowski, qui a dû attendre plusieurs minutes avant d'être déclaré vainqueur, a signé son deuxième sacre dans cette course après celui acquis en 2015. Pour Cosnefroy, déclaré "vainqueur officieux" dans un premier temps, la déception est grande. La troisième place est revenue à Tiesj Benoot (Jumbo-Visma), qui avait provoqué la première sélection définitive dans le Keutenberg, en faussant compagnie au groupe de poursuivants. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), grandissime favori, a dû se contenter de la 4e place.

L'échappée initiale a rapidement réuni sept coureurs : Aaron Van Poucke, Ide Schelling, Johan Jacobs, Owain Doull, Emils Leipins, Luca Rastelli et Davide Gabburo. Ce dernier fut le premier à céder. L'écart avec le peloton n'a jamais pris de grosses proportions. Si bien que Victor Campenaerts (Lotto Soudal) et Nathan Van Hooydonck (Jumbo-Visma) ont pu faire le "jump" et ont rejoint les échappés tandis que Rastelli était à son tour décroché. Les sept leaders comptaient moins d'une minute d'avance à 75 km de la banderole finale. Campenaerts et Schelling puis Liepins ne parvinrent plus à suivre le rythme.

L'équipe INEOS a pris les choses en main dans le peloton et l'échappée n'y résista pas. Tout était à faire alors qu'il restait 40 kilomètres de course.

Dans le Keutenberg, à 35 km du but, l'attaque de Tiesj Benoot isola onze coureurs à l'avant. Outre l'attaquant figuraient Mathieu van der Poel, Tom Pidcock, Dylan Teuns, Kasper Asgreen, Marc Hirschi, Michael Matthews, Michal Kwiatkowski, Benoît Cosnefroy, Alexander Kamp et Stefan Küng.

A l'abord de la 3e ascension du Cauberg à 25 km, leur avançait était de 21 secondes sur Tim Wellens, parti seul en chasse, et 48 sur le reste du peloton. Pidcock secoua le groupe sans effet. Son équipier Kwiatkowski attaqua à l'entame du dernier tour du circuit local (22 km du but). Cosnefroy fit l'effort et retrouva le Polonais. Teuns partit à son tour mais ne réalisa pas la jonction et était repris par le groupe à 15 km du but.

Le duo de tête creusa un écart de 30 secondes parce que leurs poursuivants directs ne collaboraient pas de manière idéale. À moins de 2 km de l'arrivée, Van der Poel plaça une banderille qui n'eut pas le même effet qu'il y a deux ans lorsqu'il s'était imposé et une ultime accélération ensuite sans davantage d'effet. La victoire n'allait pas échapper aux deux plus audacieux du jour.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be