La Chronique de David Lehaire: il y a le discours de van Aert et il y a la réalité

La Chronique de David Lehaire.

Lehaire David
La Chronique de David Lehaire: il y a le discours de van Aert et il y a la réalité
©BELGA/didier Bauweraerts

En tant que passionnés de sport, nous l’aimons évidemment la plupart du temps. Pour les émotions qu’il procure. Pour les leçons que certains sportifs nous donnent par leurs comportements quand ce n’est pas par leur résilience. Le sport est l’opium du peuple ? Il est en tout cas un sujet intarissable de discussion. Mais nous aimerions, tous, qu’il soit parfois plus clair, que ses acteurs arrêtent de considérer le public comme quantité négligeable.

Les sportifs, et surtout les dirigeants, gagneraient à jouer cartes sur table au lieu de tenir un discours officiel auquel personne ne croit. L’équipe Jumbo-Visma annonce dans un communiqué que Wout van Aert renonce au championnat de Belgique parce qu’il souffre du genou ? Personne n’est dupe. C’est la peur du Covid qui a motivé la décision de notre compatriote. Une peur bien compréhensible si près du début du Tour de France, vendredi à Copenhague. Une peur qu’il n’aurait, donc, pas été ridicule de partager. Parce que le public a droit à la vérité. Parce que ce forfait tenait la route, on ne comprend toujours pas pourquoi la formation cycliste en a fait un mystère.

Ce qui touche au sport d’élite, pourtant si beau, est parfois détestable. Comme cette hypocrisie que certains entraîneurs entretiennent par le biais de discours auxquels ils ne croient pas eux-mêmes. Que Felice Mazzù ait rejoint Anderlecht était tout à fait compréhensible. Qu’on aime le Sporting ou pas, il s’agit d’une promotion et Mazzù aurait difficilement pu mener l’Union plus haut. Mais on aurait aimé qu’il soit un peu plus réservé sur son prétendu amour du maillot et du blason unionistes. S’il savait qu’il céderait aux sirènes mauves - ce que, faut-il le répéter, nous comprenons parfaitement - davantage de retenue l’aurait rendu plus crédible aux yeux du public.

À ce titre, on ne peut que saluer la sortie de Christoph Roodhooft dimanche, en marge du championnat de Belgique de cyclisme. Le manager de l’équipe Alpecin-Fenix a, lui, joué la transparence en annonçant le départ de Tim Merlier chez Quick-Step la saison prochaine. C’est mieux que tout le monde le sache vraiment. Légalement, le Flandrien doit attendre jusqu’au 1er août pour officialiser son passage au sein du Wolfpack. Cette loi est devenue complètement obsolète et il serait temps de la revoir. Cela permettrait à tout le monde d’y voir plus clair. À commencer par les spectateurs, ceux qui font et défont la popularité d’un sport.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be