Le cyclisme, ces dernières années, est marqué par la prise de pouvoir des jeunes. Mais du haut de ses 37 ans, Vincenzo Nibali semble déterminé à faire de la résistance. Le requin de Messine sait qu’il est en fin de carrière, mais il ne veut pas se contenter de suivre ou de faire de la figuration. S’il n’a gagné que deux fois en 2021, ces deux succès conquis en fin de saison (une victoire d’étape et le classement final du Tour de Sicile, devant un autre ancien, Alejandro Valverde) lui ont permis de rentrer dans l’hiver avec une grinta de vainqueur. Et une grande motivation pour cette saison 2022, qui marque son retour chez Astana.

Il revient dans la formation avec laquelle il avait remporté le Tour de France et deux Tours d’Italie. Formation qu’il avait quittée à la fin de l’année 2016 pour partir trois ans chez Bahrain et deux saisons chez Trek-Segafredo. "Mon arrivée dans l’équipe s’est bien passée ; je l’ai vu sur notre stage d’entraînement, explique-t-il. C’est totalement différent de ma précédente expérience dans cette équipe. C’est comme une nouvelle aventure. Avec de nombreux bons jeunes à mes côtés, qui viennent me demander des conseils. Notre effectif est solide et j’espère que nous allons vivre de belles choses. Personnellement, je veux être un protagoniste de la saison. Je sens que j’ai de la force. J’ai bien travaillé cet hiver et j’ai la volonté de directement bien débuter. Même si je sais que la concurrence s’est énormément améliorée ces derniers temps."

Il fait référence à Tadej Pogacar. "Quand on voit ce qu’il réussit, à son âge, et qu’il remporte sur une même saison le Tour de France et deux monuments (Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie), c’est vraiment impressionnant. Ce n’est pas facile de rivaliser avec ces jeunes grands talents, mais je sens que je peux encore me battre, être avec les meilleurs."

Longtemps porte-drapeau du cyclisme italien, le vainqueur des trois Grands Tours se réjouit de voir l’éclosion de Filippo Ganna. "Notre cyclisme se porte bien, avec de bons talents en développement", évoque celui qui va débuter au Tour de Valence.