Andy Schleck sait qu’il a les armes pour gagner en haut du Mur

CHARLEROI “J’ai manqué de jus dans la dernière montée du Cauberg, je payais logiquement mon démarrage dans l’Eyserbosweg. Mais je serai bien à la Flèche et à Liège.”

Ces paroles étaient celles d’Andy Schleck à la fin de l’Amstel , dimanche dernier. Elles sonnaient comme un air de revanche. Cela n’avait pas marché pour Andy aux Pays-Bas, mais il voulait manifestement se rattraper sur les routes wallonnes. On se souviendra que le plus jeune des deux frères finit 2e de la Flèche Wallonne l’an passé, la preuve qu’il a les qualités pour s’imposer en haut du Mur. À l’Amstel , on peut même affirmer que les deux frangins se sont rassurés après leurs débuts de saison en demi-teinte. Andy avait été tracassé par les maladies et les bobos, tandis que Frank se remettait d’une chute au Pays Basque (il présentait 4 points de suture à la tête). À deux, mais aussi avec une très forte équipe Saxo Bank, ils tenteront de faire sauter l’homme fort de la semaine, à savoir Philippe Gilbert.

Les Schleck se réjouissaient par ailleurs de voir Contador participer aux deux courses wallonnes. “Je suis vraiment heureux de voir sa motivation pour ces classiques (NdlR : l’Espagnol est même venu par la route), même si ça ne changera rien pour le Tour”, dit Andy. “Ce n’est pas parce que je battrais l’Espagnol dimanche que je pourrais me reposer sur mes lauriers. Ici, il suffit d’être bien pendant une journée. Au Tour de France, il s’agit d’être fort et régulier pendant trois semaines !”

On notera enfin que Kirchen, vainqueur en 2008, reprend ici après avoir souffert d’un kyste au périnée et de différents problèmes respiratoires.



© La Dernière Heure 2010