Les frères Schleck et leurs supporters ont fêté tard la victoire du cadet à Liège

envoyé spécial AU LUXEMBOURG ERIC DE FALLEUR

MONDORF Le triomphe d'Andy Schleck, dimanche à Liège-Bastogne-Liège, a été fêté comme il se doit à Mondorf-les-Bains. Mais la quiétude de la petite ville thermale, en bordure de la frontière française, à quelques encablures aussi de l'Allemagne que séparent la Moselle toute proche et ses coteaux, n'a guère été troublée, même si Frank et Andy n'ont quitté leurs supporters qu'un peu avant 2h du matin.

Avant cela, accompagnés de Bjarne Riis et de Kim Andersen, le directeur sportif de Saxo Bank, dont Andy dit qu'il est son "second papa" , le vainqueur de la Doyenne et son aîné sont passés par Ingeldorf près de Diekirch où une soirée d'un de leurs sponsors étaient prévues de longue date. Hier matin, donc, alors que le soleil avait chassé les nuages, les frères Schleck, la tête lourde, mais le cœur léger, sont arrivés avec une heure de retard au rendez-vous fixé pour tester les nouveaux vélos de chronos que le groupe sportif danois, qui a changé de constructeur de cycles cet hiver, utilisera au Tour.

"Cancellara était venu spécialement et Lars Bak était là aussi" , explique Andersen, accompagné lui-même de Riis et de Bobby Julich. "Tout s'est très bien passé, tout le monde était enchanté."

L'après-midi fut ensuite consacré au repos. Seul, un télégram- me de félicitations, signé Henri et Maria Teresa, le Grand Duc et la Grande Duchesse, vint troubler la tranquillité de la famille Schleck. La veille, les frères avaient déjà reçu un appel téléphonique en provenance de Washington du Premier ministre Jean-Claude Juncker, lequel avait vivement félicité le cadet des frères Schleck et son aîné pour son "rôle déterminant" .

"Nous n'avons pas été plus sollicités que cela" , constatait Johnny Schleck, le papa, qui revint sur le traumatisme vécu lors de la chu- te de Frank à l'Amstel .

D'ailleurs, l'ancien lieutenant d'Ocana ne classe par le succès de dimanche au rang de ses plus grands souvenirs. Pour lui, la victoire de Frank à l'Alpe d'Huez et la 2e place inattendue d'Andy au Giro devancent émotionnellement le triomphe à Ans. L'habitude, l'habitude... et ce n'est pas fini !



© La Dernière Heure 2009